2014
19/Août

Cloud

A l’instar de l’ile aux enfants de Casimir, personne ne sait réellement où est le cloud, mais tout le monde pense qu’il existe (anonyme, ça vaut mieux).

Cloud Computing

Les joies du cloud computing au bureau

Définition du cloud

Le cloud (nuage en français) désigne un endroit où sont stockées des ressources informatiques auxquelles on peut accéder à distance via un réseau de communication (bien souvent Internet).En clair, au lieu d’utiliser son ordinateur personnel pour lancer une application ou stocker ses données, on se connecte à des serveurs qui font eux-même le travail : c’est le cloud computing. Lorsqu’on utilise une application accessible exclusivement via Internet, on parle de logiciel en mode SAAS (Software As A Service).

Avantages du Cloud

Le cloud computing offre les avantages suivants :

  • Il permet d’accéder aux mêmes ressources informatiques depuis plusieurs terminaux différents (tablette, mobile, ordinateur…).
  • Il offre des points de stockage de données centralisés et accessibles partout, donc plus faciles à sauvegarder et à partager.
  • Il permet d’adapter les ressources à la demande : si vous avez besoin d’une grande puissance de calcul ponctuellement, plusieurs serveurs peuvent se connecter entre eux pour mutualiser leurs ressources et délivrer cette puissance.
  • La maintenance du système est facilitée : en théorie, plus besoin de faire de mises à jour logiciel sur le poste client, tout est géré par le serveur.

Inconvénients du Cloud

Le cloud computing n’a pas que des avantages. Parmi ses inconvénients :

  • Les applications et les données sont accessibles via Internet : elles sont donc une cible potentielle pour les pirates, qui ne se gênent pas.
  • En utilisant des services Cloud publics, on rend payant l’accès à ses propres données (alors qu’un disque dur “local” est payé une fois pour toute).
  • En cas de difficultés d’accès au réseau, le terminal est incapable d’accéder aux applications (dans le cas des données, la majorité des systèmes proposent une synchronisation)

Cloud privé / Cloud public

Il y a deux types de Cloud :

  1. On délègue totalement l’accès à ses applications et à ses données à un fournisseur de service : c’est le cloud public.
  2. On gère soi-même des serveurs qui seront accessibles à ses salariés ou à sa famille (notamment via un NAS) : c’est le cloud privé.

Le choix de l’un ou de l’autre relève de plusieurs considérations, notamment en terme de sécurité, de flexibilité, de coût et de compétences disponibles en interne.

Cloud Storage

Google Drive et Dropbox

Tout le monde (ou presque) connait les services comme Google Drive ou Dropbox : ils permettent de stocker des fichiers à distance, accessibles partout dans le monde. Ces dossiers sont synchronisés avec nos terminaux : on peut y accéder hors connexion, et ils sont mis à jour lorsque nous nous raccordons au réseau.Inconvénient majeur de ces solutions : elles sont gratuites pour un volume de stockage réduit (quelques gigas-octets), mais deviennent payantes pour des volumes décents (c’est à dire ce qu’offre le moindre ordinateur actuel du marché).

Serveur NAS privé

Pour ceux qui souhaitent obtenir les mêmes fonctionnalités, mais en payant une fois pour toute le matériel, sans abonnement, il est possible d’utiliser un serveur NAS.Inconvénient : il faut pouvoir l’installer et le gérer, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Cloud emailing

Dans le domaine applicatif, on peut prendre l’exemple des logiciels d’emailing. Des légendes du marché, comme Sarbacane, sont des programmes à télécharger sur son ordinateur. On y charge ses contacts et on conçoit ses campagnes sur le logiciel, qui se charge ensuite d’envoyer les emails.Désormais, les leaders mondiaux du marché proposent une interface 100% web : le logiciel est en mode SAAS, et on parle alors de Cloud Emailing (la baseline de Mailjet).

Cloud CRM

Dans le domaine des logiciels de gestion de la relation client, on est également passé d’une gestion locale à des applications en mode SAAS. L’ensemble des services est accessible en  ligne, de la consultation et la synchronisation des contacts à la gestion des leads et la prise de rendez-vous.Dans ce domaine en particulier, la synchronisation entre les différents appareils est un avantage déterminant du CRM en mode SAAS : un commercial en clientèle préférera utiliser son smartphone, mais sera sans doute ensuite plus à l’aise pour travailler sur un ordinateur de bureau une fois rentré.

Un peu d’histoire : on faisait déjà du cloud en 1990

Dans les années 1990, à l’école de la république, le maître du CM1 nous faisait des cours d’informatique sur un ordinateur appelé MO5 (Thomson). A cette époque, il chargeait des applications sur un ordinateur central, puis nous y accédions avec nos terminaux. Si ça ce n’était pas du cloud computing… Bref, le concept n’est pas nouveau, ce qui l’est devenu, c’est la capacité des réseaux et des machines à rendre viable l’utilisation du cloud computing à grande échelle via Internet.

Gabriel Dabi-Schwebel

Posté par

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lanc





Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!