2014
13/Avr

Hébergement Web

Définition

Un site web est constitué de fichiers et de données qui, pour être accessibles par Internet, doivent être placés sur une machine (un ordinateur appelé Serveur) raccordée au réseau. Le service permettant de réaliser cette opération est appelé hébergement web.

Héberger soi-même son site Web

Avec quelques connaissances en informatique, il est possible de réaliser un hébergement web chez soi ou dans son entreprise, en passant par une connexion Internet classique (box ADSL). L’obtention d’une adresse IP fixe n’est plus de nos jours un pré-requis, grâce à l’utilisation de services comme DynDNS qui mettent à jour la corrélation nom de domaine / adresse IP quasi instantanément, en lien avec les box ADSL.Malgré tout, héberger soi-même un site est rarement une option intéressante :

  1. La machine doit toujours être allumée, et ne jamais “planter” pour pouvoir fournir le service. Il faut donc bien souvent dédier un ordinateur à cette tâche.
  2. En cas de rupture de connexion de la box ADSL (plus fréquent qu’on ne croit, mais bien souvent invisible), le site web devient inaccessible.
  3. Tous calculs faits, entre le coût d’une machine, les dispositifs de protection électriques comme les onduleurs et la consommation électrique permanente associée, il s’agit d’une solution coûteuse comparée aux offres d’hébergement web mutualisé.
  4. Cette solution nécessite de réelles compétences en informatique et réseaux.

L’hébergement web “par soi-même” n’est indiqué que pour des organisations qui souhaitent garder la maîtrise intégrale de leurs données, par exemple dans le cas d’extranet contenant des informations confidentielles. Des moyens matériels et humains importants doivent alors être mis en place pour sécuriser les serveurs et assurer une bonne qualité de service.

Service Web intégré

De plus en plus de sociétés proposent des outils de créations de sites web qui incluent un hébergement. La gestion du site web (ou du blog) est alors simplifiée à l’extrême. Peu de compétences informatiques sont requises. Le prestataire fournit une interface de gestion. Il suffit ensuite de choisir des modèles, remplir les textes et ajouter des images et hop, vous êtes un champion du web (vous connaissez la pub).Ces services, bien que séduisants au premier abord, sont réservés à la création de sites vitrine associatifs ou artisanaux.Les plus connus : 1&1, Google Sites, Blogger, Gandi Sitemaker…

Hébergement web mutualisé

Dans la plupart des cas, héberger un site web ne consomme que peu de ressources sur une machine. Il peut être alors intéressant de partager les ressources d’une même machine entre plusieurs sites web pour diminuer le coût d’hébergement (disque dur, RAM, programmes). C’est le principe de l’hébergement mutualisé.Dans ce cas, on vous attribue un espace disque où vous pouvez stocker vos fichiers (accessibles le plus souvent via un serveur FTP) ainsi qu’une ou plusieurs base de données MySQL pour stocker les données de sites web dynamiques.De nombreux prestataires proposent des services d’hébergement mutualisés : 1&1, Infomaniak, OVH, Gandi, GoDaddy, etc.Il convient cependant d’être extrêmement vigilant dans le choix de l’hébergeur : en fonction du nombre de clients partageant la même machine et de la qualité de ces dernières, des écarts de performances importants pourront être constatés. Il en va de même pour le référencement naturel, où votre site peut partager son IP avec un site de moindre qualité, voire identifié comme malveillant. Pour des sites web à fort trafic, ou dont les enjeux commerciaux sont importants, on privilégiera un serveur dédié ou un serveur mutualisé chez un prestataire qui maîtrise l’ensemble des sites présents sur sa machine.La gestion d’un serveur mutualisé requiert des compétences en informatique, mais reste accessible à tous avec un minimum de formation.Il faut également garder à l’esprit que certains systèmes ne fonctionnent pas avec un hébergement mutualisé : en effet, ces derniers ne proposent pas tous les langages de script et ne permettent pas toujours (rarement) de lancer des commandes en shell UNIX.

Serveur dédié

Pour les agences digitales, les grandes entreprises ou les pure player web, il est possible de louer un serveur dans son intégralité. Il faut alors bien souvent en assurer l’administration système, ce qui requiert des compétences pointues en informatique.L’utilisation d’un serveur dédié est donc réservé aux professionnels du web, mais reste le meilleur moyen d’héberger un site web de classe entreprise.

Serveur Cloud ou Virtuel

Les offres dites “Cloud” ou virtuelles (VPS) sont un bon compromis entre les serveurs mutualisés et les serveurs dédiés. Le client bénéficie d’une machine virtuelle qui lui est propre (c’est à dire avec des ressources logicielles dédiées). Il n’a pas à se soucier de l’aspect matériel, qui est géré par le prestataire.D’un point de vue logiciel, le serveur virtuel ou cloud s’administre de la même manière qu’une machine dédiée, dotée d’une adresse ip qui lui est propre. Certains hébergeurs proposent des packages logiciels pré-installés qui facilitent l’installation et la configuration de la machine virtuelle, ne nécessitant ainsi qu’un minimum de connaissances d’administrateur système pour l’utiliser.

Solutions d’hébergement “One Clic” pour WordPress, Prestashop, Joomla, Magento…

Certains prestataires proposent désormais d’installer en quelques clics un CMS ou un moteur de boutique en ligne sur l’hébergement de son choix. Cette solution est particulièrement intéressante pour tous ceux qui veulent bénéficier de la puissance de l’Open Source tout en n’étant pas des spécialistes en administration système : voir la liste des applications installables en quelques clics de 1&1

Gabriel Dabi-Schwebel

Posté par

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lanc





Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!