1min30 > Dictionnaire du Web (Définitions) > Google Panda (algorithme)
2014
14/Oct

Google Panda (algorithme)

Définition

Google Panda est un algorithme influant sur le classement des sites web dans les pages de résultats du moteur de recherche Google. A ce titre, il peut être considéré comme un filtre. Son objectif est de pénaliser les sites dont le contenu est jugé de mauvaise qualité (low-quality sites) ou dont le contenu est pauvre (thin sites).

Google Panda veille

Google Panda veille… © sapto7 – Fotolia.com

Chronologie

Le filtre Google Panda a été introduit en Février 2011, puis généralisé à partir d’Avril de la même année sur les sites anglophones. Il arrive en France le 11 août 2011. En Septembre 2014, la 27ème version du filtre a été déployée aux États-Unis (il s’agit de la version 4.1).

Google Panda : une étape de la lutte contre le spam

Panda est une réponse de Google à de nombreuses dérives apparues au cours des années 2000 dans le domaine du référencement naturel. De nombreux “spécialistes SEO” cherchaient à influencer le classement des pages de résultats (ranking) en utilisant des techniques assimilées à du spam : scraping, plagiat, rédaction automatisée ou textes sur-optimisés pour les moteurs de recherche.L’objectif des sites “spammy” (c’est-à-dire utilisant le spam pour ranker) était de générer un maximum de trafic dans le seul but de produire des revenus publicitaires. Google Panda s’attache donc à identifier ces sites et à les déclasser.

Comment Panda évalue-t-il la qualité des sites ?

Personne n’est dans le secret des algorithmes de Google, mais on peut raisonnablement penser que Google s’appuie sur des techniques assimilables à de l’analyse sémantique latente pour juger de la qualité des contenus. L’emploi de ces technologies a marqué un tournant dans le monde du référencement : on parle désormais de “marketing de contenu” pour créer des sites performants en référencement naturel. Les façons de faire d’autrefois, qui consistaient à “bricoler”, pour leurrer les moteurs de recherche, tendent à disparaitre puisque devenues bien souvent inefficaces, voire contre-productives.Google a donc atteint son but avec Panda : inciter les webmasters à créer des contenus de qualité pour les êtres humains, même si, bien sûr, cet algorithme a des failles, qui sont comblées régulièrement lors de ses mises à jour.

Qu’est-ce qu’un site pauvre ou de mauvaise qualité ?

Google énonce en 23 points les critères permettant de déterminer si un site est jugé pauvre ou de mauvaise qualité.Parmi eux, on trouve des critères objectifs. Par exemple :Le site comporte-t-il des articles dupliqués ou redondants sur un sujet similaire avec de faibles variations dans les mots-clefs utilisés ?Il s’agit d’un grand classique du spam SEO. Le principe : on rédige une page bien faite, optimisée pour un mot-clef. Comme on souhaite aussi être présent sur tous les synonymes de ce mot, on reprend l’article en remplaçant le mot-clef initial par ces synonymes.Notons d’ailleurs que cette technique est de toutes les façons obsolète avec l’avènement de l’analyse sémantique latente.Cet article comporte-t-il des fautes d’orthographe, stylistiques ou factuelles ? Traduction : les sites sont-ils rédigés par des êtres humains qui ont été à l’école ? Panda va ici effectuer la correction de votre copie, à la manière d’une maîtresse d’école. Vous étiez bon en dictée et en rédaction ? Tant mieux, vous avez donc un avenir dans le web. Sinon, faites un effort.Les articles fournissent-ils des informations originales, des rapports originaux, une analyse originale ou des recherches originales ?On cherche ici à favoriser les sites qui ne se contentent pas de produire du contenu, même retravaillé manuellement, à partir d’un ensemble de sources existantes, mais bien ceux qui sont réalisés par les créateurs de contenus originaux.Dans quelle mesure et à quelle fréquence un contrôle de la qualité est-elle effectuée sur le site ?Ce critère est un peu mystérieux. On peut penser que Panda va ici s’intéresser à la fréquence de mise à jour des articles et à la nature de ces mises jour. Une mise à jour qui corrige une faute d’orthographe peut ainsi être considérée comme un signe d’un contrôle de qualité.D’autres critères sont plus subjectifs, et leur mise en œuvre est laissée à l’appréciation des webmaters. Citons par exemple :

  • Croiriez-vous les informations présentées dans cet article ?
  • Cet article est-il réellement écrit par un expert ou un passionné ? (ndlr : cf l’épisode de l’authorship)
  • Donneriez-vous vos informations de carte bleue à ce site ?
Gabriel Dabi-Schwebel

Posté par

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lanc





Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!