2014
15/Juil

Comment utiliser les articles à contre-courant sur votre blog

Outre Atlantique, on les appelle les “contrarian”. Ce sont des contenus qui vont à contre-courant des idées reçues, ou véhiculées en masse sur internet. Ils obtiennent généralement un formidable succès ! Je vous propose d’analyser pourquoi, et quand et comment y avoir recours pour booster votre notoriété et le trafic de votre blog.

Les articles à contre-courant, c’est quoi au juste ?

Les articles à contre-courant, ce sont des articles qui se différencient des autres. Ils apportent un nouvel éclairage sur un sujet donné et exposent un point de vue original, ce qui les rend remarquables, au premier sens du terme. Parfois, ils s’opposent fermement aux idées communément admises et peuvent donc créer une polémique. On les repère généralement dès leur titre, qui peut sembler provocateur ou, tout du moins, étonne.

Vous voulez des exemples ? Chez Alesiacom, on s’est plusieurs fois essayé à l’exercice du “contrarian”, avec les articles suivants :

Les bénéfices des contrarian pour votre stratégie de contenu

Qu’on soit d’accord ou pas avec les théories exposées dans les articles à contre-courant, on doit leur reconnaître qu’ils ont le mérite d’interpeller le lecteur ! En effet, en brisant un consensus ou tout simplement en proposant une idée inhabituelle, ils intriguent et donnent envie d’en savoir plus. Résultat : les internautes cliquent… et le trafic de votre site augmente !

Les articles à contre-courant aident également à se différencier de vos concurrents et à imposer votre identité de marque. Ca paraît logique : entre deux personnes qui ont, une un avis différent du groupe, l’autre le même, on se souviendra plus de la première !

En outre, les articles à contre-courant permettent de fidéliser votre lectorat. Ils apportent de la fraîcheur et un peu de nouveauté dans un univers saturé par des articles standardisés du type “10 conseils pour…”. Je ne critique pas ces derniers : chez Alesiacom, on en rédige aussi, et il est toujours utile de rappeler certains basiques. Mais pour inciter les internautes à revenir régulièrement sur un blog, il faut privilégier des articles de fond, uniques et originaux. Les “contrarian” sont donc les bienvenus !

Faites décoller votre stratégie éditoriale grâce aux contrarian

Faites décoller votre stratégie éditoriale grâce aux contrarian

Autre avantage des contrarian : en assumant vos idées même si elles sont différentes des autres, vous acquiérerez le respect de vos cibles (… à condition bien sûr d’avoir une argumentation qui tient la route !). Il faut en effet un certain courage pour oser dire l’inverse de ce que tout le monde pense. Si vous le faites en apportant des arguments pertinents, vous vous imposerez progressivement comme un leader d’opinion.

Enfin, les articles à contre-courant peuvent susciter des polémiques… ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose pour votre blog ! Entretenue et bien gérée pour ne pas qu’elle dégénère, une polémique vous apportera du trafic, des commentaires, et de la notoriété.

Comprendre le fonctionnement des contrarian

C’est bien joli tout ça, mais comment (ou pourquoi) ça fonctionne ? Le principe des contrarian est simple : ils suscitent des émotions chez le lecteur. Or, les émotions nous poussent à réagir. Une étude de l’IPA data Bank sur les campagnes de publicité à succès est très révélatrice. Elle montre que les pubs jouant sur la corde sensible sont les plus efficaces et génèrent un ROI important. Elles convertissent près de deux fois plus que celles faisant appel à la raison.

Les campagnes de pub les plus efficaces

Les campagnes de pub les plus efficaces

Visuel by Neuromarketing

Si les contrarian s’appuient aussi nécessairement sur la raison (j’en parle juste après), ils exacerbent les sentiments du lecteur. Décortiquons ensemble l’attitude d’un internaute face à un article à contre-courant :

  • Il est tout d’abord étonné (“tiens, quelqu’un qui ne pense pas comme tout le monde… !”) et pour peu qu’il soit curieux, il cliquera sur l’article pour en savoir plus
  • Il ressent ensuite des émotions fortes, telles que le bouleversement (“ce que je croyais était donc faux !”), la joie (“cool, je ne suis pas le seul à penser comme ça”), la colère (“ce raisonnement est absurde !”), la révolte (“je ne laisserai pas l’auteur de l’article affirmer ça…”), le doute (“je ne sais plus qui a raison…”) ou encore l’admiration (“cet article est incroyable, c’était super intéressant !”)
  • Drivé par ses émotions, il réagit souvent de façon impulsive, en partageant, commentant, linkant votre article pour le faire connaître ou donner son avis. Le tour est joué !

Dans quel cas recourir aux contrarian

Une précision s’impose : ce n’est pas parce que les contrarian sont efficaces que je vous incite à en poster à tout-va. Un contrarian n’a de valeur que s’il est argumenté et pertinent. Sinon, vous ne serez pas pris au sérieux… et au lieu de fidéliser votre lectorat, vous le ferez fuir !

Mais alors, dans quel cas écrire des articles à contre-courant ? Voici une chekliste à vérifier avant de vous lancer dans la rédaction d’un article de ce type :

  • Etes-vous en désaccord avec une idée admise d’office par la plupart des gens ? (si beaucoup d’autres personnes partagent votre avis, votre contrarian perd de sa valeur et de son intérêt…)
  • Le sujet sur lequel vous êtes en désaccord a-t-il un rapport avec votre industrie ? Peut-il correspondre à la charte éditoriale de votre blog d’entreprise ? (votre article arrivera sinon comme un cheveu sur la soupe)
  • Le nouvel éclairage que vous souhaitez apporter est-il suffisamment novateur et consistant pour intéresser les lecteurs ? (vous risquez sinon de les décevoir ou d’être classé dans la catégorie “râleur par principe”, qui est peu attractive…)
  • Etes-vous certain que votre idée est recevable ? Avez-vous des arguments pour prouver ce que vous avancez ? (si vous êtes le seul à penser quelque chose et que le monde entier pense différemment, ce n’est pas forcément vous qui avez raison et le monde entier qui a tort… !).

Si vous répondez oui à toutes ces questions, alors bonne nouvelle, vous avez la matière idéale pour écrire un contrarian.

Trouver des idées de contrarian

Vous souhaitez enrichir votre blog par des articles à contre-courant, mais vous manquez d’inspiration ? Rien d’étonnant à cela, le contrarian ne s’improvise pas. Pour repérer des idées de sujet, tâchez d’avoir toujours à l’esprit les questions suivantes lorsque vous lisez un contenu ou prenez part à une discussion :

  • Est-ce que c’est parti pris ?
  • Est-ce que les informations peuvent être interprétées différemment ?
  • Est-ce qu’il y a un consensus évident autour d’un sujet (pour des raisons économiques, politiques, communautaires, etc) ?

Petit à petit, vous acquièrerez un état d’esprit critique, qui vous permettra de prendre de la hauteur sur les sujets et d’identifier de potentiels contrarian !

Et vous, avez-vous recours aux articles à contre-courant ? Nos consultants sont disponibles pour vous aider à définir une stratégie éditoriale attractive. N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour en savoir plus.

Gabriel Dabi-Schwebel

Posté par

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lanc





2 Commentaires

Noemie TISSERAND dit: 17 Juil 2014

Merci pour ce nouvel article. L'idée développée est intéressante mais je pense qu'il faut faire attention à ne pas écrire n'importe quoi et son contraire juste pour avoir plus de visiteurs.


Covepa Michels Packaging dit: 15 Juil 2014

en somme il faut être le petit mouton noir de la bande et rebelle pour démontrer par A+B certaines choses sur son blog afin d'imposer son expertise et son savoir.


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!