2016
28/Avr

3 raisons de passer au marketing digital

Vous avez un site web et vous pensiez pouvoir vous reposer sur vos lauriers ? Pas si vite ! Votre site ne vous sera pas très utile si vous ne le faites pas vivre. Pour donner de la visibilité à votre marque, vous allez avoir besoin de faire ce qu’on appelle du « marketing digital ». Vous hésitez à vous lancer ? Alors voici 3 raisons de vous jeter à l’eau ! 

1 – Parce que c’est moins cher !

Voilà un argument qui donne envie, non ? Vous voulez savoir comment le marketing digital peut vous aider à faire des économies ? Alors prenons quelques exemples concrets.

Web VS Print

Si vous êtes de la vieille école, vous avez peut-être tendance à privilégier le print, en envoyant à vos prospects et clients des newsletter papier, par exemple. Comparons cela à l’envoi d’un emailing. Dans le cadre d’une newsletter papier, vous allez devoir payer :

  • La réalisation de la newsletter
  • Son impression
  • Et les frais de routage.

Par contre, avec un emailing, vos coûts seront bien moindres ! En effet, vous n’avez besoin que d’un outil d’emailing pour vous lancer. Et la bonne nouvelle, c’est que beaucoup sont gratuits, et proposent des template de mails à utiliser. Pas besoin d’un graphiste, ni d’un imprimeur, ni d’enveloppes, ni de timbres… Voilà qui va vous simplifier considérablement la vie, et vous faire faire des économies !

Web VS évènementiel

Le web peut également vous aider dans d’autre formes de communication. Par exemple, pour remplacer l’évènementiel. Dans ce cadre, vous devez en effet prévoir beaucoup de choses qui peuvent s’avérer couteuses :

  • Lettres d’invitations
  • Location de la salle
  • Logistique (son, micro, places…)
  • Tracts du programme.

Bref une sacrée organisation et assez onéreuse. Et encore, je n’ai pas cité les petits fours et boissons pour ravitailler vos invités !

Avec le web, vous pouvez éviter toutes ces dépenses inutiles, en organisant des conférences directement sur internet. Cela s’appelle un webinar. Vous n’aurez alors besoin que de votre webcam/micro, d’une connexion et d’un logiciel.

De nombreux programmes permettent de vous atteler à ce projet. Si votre entreprise est encore toute jeune, vous pouvez utiliser des outils gratuits, assez basiques, mais qui font le job. Parmi eux, il y a Skype, tout simplement, mais il est limité à 25 personnes. Sur Google+, vous pouvez sinon tester Google Hangout. Il ne limite pas le nombre de participants mais peut avoir des difficultés à diffuser à partir d’un trop gros nombre de participant.

Si vous pensez avoir une plus grosse audience, il existe d’autres solutions. Elles sont payantes mais vous offrent des fonctionnalités plus poussées, avec suivi du nombre de personnes connectées, rediffusion possible de votre webinar, etc. Webinarjam vous offre par exemple ce service pour un abonnement annuel par exemple.

Web VS publicités traditionnelles

Etudions enfin le cas de la pub traditionnelle ! Elle coûte souvent un bras, quelque soit le support :

  • Affichages print (avec impression des affiches et location des panneaux publicitaires)
  • Télévision
  • Radio
  • Presse

Si vous pouviez économiser sur vos publicités, vous ne diriez pas non, n’est-ce pas ?
Alors bonne nouvelle : Internet vous permet de diffuser les mêmes choses à moindre coût. Vous pouvez en effet faire appel à des annonceurs web, comme Google AdWords ou Facebook par exemple.

Ce qui les différencie des publicités traditionnelles, c’est leurs modalités de paiement. Habituellement vous payez la pub selon les moyens que vous avez. Petit budget = petit encart publicitaire. Eux vous font payer au résultat. Votre agent ne part donc pas en fumée. La plupart des régies de publicités en ligne vous proposent différents modèles de paiement, pour correspondre le mieux à vos attentes :

  • Le PPC (pay per click) : Le principe du PPC est simple, vous payer l’annonceur à chaque fois que quelqu’un clique sur votre annonce. Votre coût de clic varie selon la concurrence présente sur vos même mots clés. Le prix change aussi en fonction de votre contenu. Vous êtes alors dans une relation win-win. Si votre contenu est bon, le fournisseur de solution baissera les prix de votre revient de votre pub. Vous constituerez en effet à ses yeux une bonne expérience de navigation pour ses utilisateurs. A l’inverse si votre contenu est mauvais, les prix augmenteront pour vous.
  • Le CPM (cost per mille) Si vous utilisez le cost per mille vous allez miser sur les vues. Google ou Facebook vous compteront une somme toutes les mille vues de l’annonce. La concurrence est aussi de mise et vous devrez jouer des coudes.
  • Le CPA (cost per action) : Je finis avec le cost per action. Vous serez facturé selon les actions réalisées sur votre site que vous aurez déterminées. C’est-à-dire achats, téléchargements etc. Le principe reste le même que les autres sur le contenu et la concurrence.

Et cerise sur le gâteau, vous maitrisez entièrement votre budget puisque c’est à vous de décider combien vous souhaitez payer au maximum par jour ou pour une campagne.

Voyons maintenant une autre bonne raison de vous mettre au marketing digital !

2 – Parce que vous allez mieux connaitre votre cible

John Wanamaker disait de la publicité : « je sais que la moitié de l’argent que je dépense en publicité est perdue. Mais j’ignore quelle moitié ». En disant cela, Wanamaker mettait en valeur qu’on ne sait pas dans quelle mesure une publicité est efficace. C’était en tout cas le cas pour les médias traditionnels.

Prenons l’exemple d’une campagne pub à la télé. Elle risque d’être visionnée par beaucoup de monde, et vous pourrez savoir combien de personnes grâce aux statistiques d’audience. Par contre, vous ne saurez pas qui, précisément, a vu votre campagne.

Pareil avec des prospectus. Vous les distribués dans la rue et dans  les boites aux lettres. Mais comment savoir qui les a gardés ? Qui les a jetés ? Quel produit présent sur le prospectus a intéressé vos prospects ? Ou au contraire, quel produit n’a pas plu ? Beaucoup de vos questions resteront sans réponses… Et vous ne pourrez donc pas approfondir votre connaissance de vos cibles.

Revenons maintenant à internet, avec l’exemple de l’emailing. Imaginez que vous envoyez un mail contenant deux liens cliquables qui amènent vers deux de vos produits. Vous pourrez savoir qui fait quoi précisément grâce au tracking. Vous aurez ainsi des statistiques sur qui ouvre le mail ou l’ignore, qui clique dessus et où, combien de fois, etc. Top pour mieux connaître vos prospects et cibler de mieux en mieux vos communications !

De même, sur le web, vous pouvez traquer les internautes de façon assez précise. Plusieurs outils sont à votre disposition pour ça : vous pouvez insérer des cookies sur votre site, par exemple, ou bien vous référer à des plateformes telles que Google Analytics. Celle-ci vous permettra d’obtenir beaucoup d’infos sur vos cibles.

Le Dashboard se présente comme tel :
Google analytics
Voilà le topo : Google va collecter plusieurs données sur vos cibles. Vous pourrez alors savoir beaucoup de choses sur vos internautes. En voici une liste :

  • Qui sont-ils ? (Géolocalisation, données techniques)
  • Que font-ils sur votre site ? (pages vues, temps passé sur chacune d’elles…)
  • D’où viennent-ils ? (Par quelle recherche sont-ils arrivés sur votre site, ou quel canal)
  • Quand partent-ils de votre site et depuis quel endroit ?

Vous savez donc avec précision ce que font vos visiteurs ! Troisième avantage du web ? Il vous permet de plus interagir avec vos cibles.

3 – Pour mieux interagir avec vos visiteurs

Reprenons l’exemple d’une pub télé. Deux options s’offrent à vous. Si vous ne communiquez que via la télévision, vous n’aurez pas de retour de vos cibles. Aucune relation d’échange ne va se créer avec votre audience. Mais si vous êtes présent sur les réseaux sociaux, vous pouvez lier les deux médias. Les internautes pourront réagir à votre pub. Et vous pourrez leur répondre en instantané. Vous aurez alors un pouvoir d’interaction beaucoup plus grand !

Lier les médias c’est bien. Avec internet, vous avez à disposition une plate-forme d’échange gigantesque. Vous pouvez développer de nouvelles formes de communication. Vos internautes ne recherchent pas un site immobile. Ils veulent que vous soyez humain, prêt à vous plier en quatre pour les guider dans leur choix.

Prenez les réseaux sociaux par exemple. Vous pouvez y faire vos annonces. Vos internautes pourront ensuite réagir et partager, ce qui crée du lien. Pareil s’ils ont des questions vous pouvez leur répondre directement et donner un aspect de proximité bien plus grand qu’avec une adresse postale.

En dehors des réseaux-sociaux, vous pouvez utiliser d’autres supports web pour créer des interactions avec vos cibles. Je vous donne quelques exemples.

En publiant régulièrement sur un blog d’entreprise, vous créez un lien avec vos cibles. Celles-ci peuvent ensuite interagir avec vous, en postant des commentaires dans lesquels elles pourront vous poser des questions. Ou bien en partageant vos contenus sur les réseaux sociaux et en les commentant.

Vous pouvez aussi être présents sur des forums, pour dialoguer avec elles et répondre à leurs interrogations.

Dans vos campagnes d’emailing, vous pouvez également prévoir une adresse qui ne soit pas en « no reply », afin que les destinataires puissent échanger avec vous s’ils le souhaitent.

Enfin, vous pouvez même organiser des jeux concours ou proposer des animations ludiques à vos cibles. Cela suscite en effet souvent des réactions positives des internautes et crée de nombreuses interactions entre eux et avec vous. L’entreprise Axa propose par exemple le jeu suivant sur son site (inspiré de Candy Crush) :

Axa crush

Conclusion

Voilà, vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas passer au marketing digital. J’espère que ces raisons auront su vous convaincre. Surtout n’oubliez pas qu’internet et le numérique sont des outils incroyables pour votre marque !

Sur ce, n’hésitez pas à laisser un commentaire si cet article vous a été utile ou s’il vous a plu.
A bientôt !

Gabriel Dabi-Schwebel

Posté par

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lanc

Gabriel Dabi-Schwebel

Contact Acquisition Strategy Design :

Gabriel Dabi-Schwebel

gds@1min30.com
06 73 55 17 36





2 Commentaires

Jeanne Marie dit: 07 Nov 2016

Très bon récapitulatif. Bravo


Gabriel Dabi-Schwebel 07 Nov 2016

Merci du compliment ! A bientôt sur le blog. Julien :)



Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!