1min30 > Blog > Social Media Marketing > Baisse du reach sur les réseaux sociaux : 5 conseils pour s’y adapter
2018
03/Sep

Baisse du reach sur les réseaux sociaux : 5 conseils pour s’y adapter

Vous le savez, le reach (la portée) a considérablement baissé sur les réseaux sociaux depuis la mise à jour des algorithmes de Facebook, mais pas seulement. Linkedin aussi fait constamment évoluer son algorithme pour réduire la portée organique des posts et finalement favoriser l’achat de publicité par les entreprises. 1min30 est aussi confronté à cette réalité. Je vous partage dans cet article 5 conseils pour s’adapter à la baisse du reach, conseils que nous nous appliquerons à nous-mêmes dans les prochains mois.

La baisse du reach pour 1min30

Tout d’abord, voici quelques chiffres significatifs sur la réalité de cette baisse du reach, de la portée, et ce sur l’ensemble des réseaux sociaux.

  • Notre trafic est en hausse constante de 2012 à aujourd’hui.
  • En revanche, le trafic provenant des réseaux sociaux est en hausse jusqu’à septembre 2015 et en baisse depuis (voir graphique).
  • A titre d’exemple, si on compare mai 2018 à mai 2017, notre trafic progresse globalement de 27 %.
  • Avec une progression du trafic organique lié au référencement naturel, de 48 %.
  • Mais une baisse de 63 % du trafic social d’une année sur l’autre.
  • -33 % pour Facebook, -55 % pour Linkedin, -50 % pour Twitter.

Au-delà de l’impact sur le trafic du site, la baisse du reach se manifeste aussi sur les contenus natifs des réseaux sociaux :

  • Lorsque je l’ai lancé en septembre 2017, chaque épisode de mon vlog quotidien Enjoy the day, faisait régulièrement entre 5 et 10 000 vues,
  • Aujourd’hui, les derniers épisodes que j’ai postés oscillent entre 500 et 1000 vues, soit une visibilité divisée par 10.

Je ne vous cache pas que l’exercice est moins valorisant, et que je suis un peu démotivé pour continuer, alors que je ne pense pas que la qualité des contenus soit en cause. Au-delà de ma motivation personnelle pour tenir un vlog, nous devons absolument trouver des solutions pour continuer à animer et faire vivre notre communauté, et ne pas dépendre du seul référencement naturel.

1er conseil pour s’adapter à la baisse du reach : arrêter sa présence sur les réseaux sociaux ou ne pas commencer

Ce conseil est peut-être un peu radical mais il est doit être pris en compte. Pour moi, être présent sur les réseaux sociaux n’est plus un impératif pour les marques. Ce l’était peut-être en 2012 quand nous avons commencé, en pleine âge d’or du Community Management. Cela ne l’est plus de mon point de vue.

Il faut considérer ce levier parmi d’autres et choisir d’y investir du temps, de l’énergie et, le cas échéant, du budget publicitaire en connaissance de cause. Et seulement si les autres leviers plus rentables sont déjà bien exploités.

2e conseil pour s’adapter à la baisse du reach : mobiliser ses ambassadeurs internes ou externes

Si la portée des pages Entreprises a beaucoup baissé, que ce soit sur Facebook ou Linkedin, celle des pages personnelles a subi moins d’impact (quoique). Il convient donc d’organiser la communication sur les réseaux sociaux d’une entreprise en mobilisant ses ambassadeurs internes ou externes. Il peut s’agir :

Ces démarches sont toujours efficaces mais demandent plus d’efforts de mobilisation que la simple production de contenu par l’entreprise. Il faut engager les ambassadeurs, les animer, mettre en place des mécaniques d’incitation pour s’assurer de leur présence régulière. A titre d’exemple, je suis particulièrement satisfait de notre lancement de mon livre Croître ou Mourir, il faut choisir ! autour duquel j’ai mobilisé notre Cercle des Experts, mais aussi tous les lecteurs, en leur demandant de partager une photo d’eux avec le livre, sur les réseaux sociaux.

3e conseil pour s’adapter à la baisse du reach : Payer

Finalement, c’est ce qu’attendent de vous les plateformes. Elles baissent la portée organique pour maximiser leur revenu publicitaire et inciter les entreprises à payer de la visibilité sponsorisée sur les réseaux. En étant prêt à payer, vous garantissez durablement votre visibilité sur les réseaux sociaux, avec le risque bien sûr d’avoir à payer toujours plus au fur et à mesure que se renforce l’oligopole des plateformes sur les espaces publicitaires.

Néanmoins, payer induit directement une approche ROIste, vous allez payer pour générer plus de visibilité, mais aussi sûrement plus de conversions et, à ce titre, perdre en créativité. On le sait, un bouton cliquer ici, ou une promo moins 20 % est toujours plus efficace en termes de conversion qu’un jeu de mots bien trouvé ou un gif animé viral… La créativité des community managers va… en a déjà pris un coup ;-(

4e conseil pour s’adapter à la baisse du reach : devenir indépendant des plateformes

Prolongement de la stratégie d’ambassadeurs, une marque, si elle est puissante, peut créer/promouvoir sa propre application pour être en relation directe avec ses fans et ne pas être affectée par la baisse du reach. En effet, tous les détenteurs de l’application de la marque recevront une notification quand de nouveaux contenus seront publiés. Le rêve !

Néanmoins, la difficulté est de faire installer l’application sur le téléphone de l’utilisateur. Il faut qu’il soit sacrément accro à la marque pour être prêt à le faire et à ne pas la désinstaller.

Microsoft a créé une telle communauté House of Fans en utilisant la solution Sociabble. La plupart des solutions d’ambassadeurs telles que SociallyMap permettent aussi de créer ce genre de communautés.

5e conseil pour s’adapter à la baisse du reach : devenir payant

Vous allez me dire que ce conseil est le plus farfelu que vous aurez entendu. Mais…

Si construire une communauté devient de plus en plus coûteux. Si produire des contenus de qualité, – pédagogiques, ludiques, distrayants – n’est plus la panacée sur les réseaux sociaux car une prime est donnée aux contenus payants. Si l’indépendance est la voie… Il est aussi nécessaire de trouver une indépendance financière et de construire un modèle économique autour de votre stratégie sociale/de contenu.

Vous connaissez le concept de l’escalier de la valeur que je vous ai déjà partagé. J’y crois beaucoup. Je considère que le marketing, s’il est bien fait, peut devenir un centre de profit au sens propre du terme. Non seulement, il peut générer des leads ou des ventes, mais il peut aussi générer un chiffre d’affaires en propre par la vente de contenus ou de produits dérivés de la marque. C’est ce que je fais quand je vends mon livre ou notre plateforme de e-learning 1min30.tv qui tout en éduquant les lecteurs ou clients sur les bonnes pratiques en marketing participent à notre propre marketing. C’est ce que nous allons continuer à faire et à renforcer dans les prochains mois.

Nous allons produire encore plus de contenus de qualité, sous toutes les formes : livres, vidéos, études, etc. et nous en ferons payer une partie pour pouvoir continuer à développer notre marque.

Si vous aussi vous souhaitez développer votre marque et vous adapter à l’évolution constante des réseaux sociaux, mais aussi plus globalement du digital, en étant accompagné par une agence qui s’applique à elle-même ce qu’elle vend à ses clients, contactez notre agence des médias sociaux ou notre agence de contenu ou tout simplement nos équipes commerciales. Je vous invite aussi à télécharger notre livre blanc sur l’Inbound Marketing qui analyse tous les leviers qui marchent encore.

Gabriel Dabi-Schwebel

Posté par

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lanc

Gabriel Dabi-Schwebel

Contact Social Media Marketing :

Hanna Azaïz

ha@1min30.com
0602618961





2 Commentaires

mathias savary dit:04 Sep 2018

Belle mise au point sur cette épineuse question. J'ai constaté la même chose et je teste divers options.

J'ajouterai un 6ème conseil : pour éviter de réduire la portée des publications sur les réseaux sociaux : mettre le lien externe vers son site internet dans un commentaire de la publication. ça marche...pour le moment. On peut ainsi continuer à faire preuve d'originalité dans ses contenus social media.

Il est vrai que ça ne convertit pas autant qu'un backlink dans le corps de la publication, mais on conserve une bonne visibilité.


Mat Brl dit:03 Sep 2018

4eme conseil : devenir indépendant ....
Ou pas ...
Un des freins à la conversion prospect-client est la multiplication des plateforme avant achat
(ex : je vois la pub sur fb, qui m'amène sur une landing, où je donne mon adresse mail sur lequel sera envoyé un lien url, me ridirigeant vers le portail eshop afin de ENFIN obtenir mon code de promotion : 4 plateformes utilisés=> 4 step supplémentaires où mon lead va hésité à continuer )
Intégré son produit directement sur les plateforme utilisé (Facebook, twitter, ...) peut être un moyen pour convertir d'autant plus rapidement un lead ou prospect


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!