2019
26/Déc

Google bannit les sites Flash

Le format Flash a connu un véritable succès sur le Web pendant près d’une vingtaine d’années. Toutefois, celui-ci présente de nombreuses failles, notamment en termes de sécurité.

De plus, les sites créés en Adobe Flash ne sont pas pris en compte par les systèmes iOS et Android. Or, la grande majorité des internautes utilisent leurs smartphones pour effectuer des recherches.

Google a alors décidé de bannir les pages proposant du contenu Flash. Le plugin Adobe Flash Player va donc disparaître pour de bon d’ici 2020. Zoom sur le déclin de Flash et ses alternatives.

Adobe Flash Player : une lente agonie

Sorti en 1996, Macromedia Flash a été racheté en 2005 par Adobe. Cette extension a été omniprésente sur la toile pendant de nombreuses années. Elle permettait notamment aux internautes de jouer à de nombreux jeux directement dans les navigateurs. Ce plugin était également indispensable pour regarder des vidéos et des contenus interactifs.

Flash a connu une véritable gloire sur le Web, avec plus de 500 millions d’installations au deuxième semestre de 2013. Puis, le plugin a subi une baisse record du nombre de ses utilisateurs. En effet, celui-ci est passé de 80 % sur Chrome en 2015 à 17 % en 2017.

Les raisons de ce déclin sont nombreuses. Tout d’abord, le logiciel emblématique Adobe Flash Player consomme trop de ressources. Il présente également de grosses failles de sécurité. Chaque année, de nombreuses lacunes ont été découvertes. Celles-ci ont permis, entre autres, le vol de données personnelles et le piratage de webcams.

Adobe a alors été obligé d’effectuer des corrections à plusieurs reprises. La dernière faille recensée a permis à la société italienne Hacking Team de fournir ses logiciels espions. En raison des nombreux problèmes de sécurité dans le logiciel, Adobe a dû mettre à jour en urgence ses programmes.

De plus, le plugin Flash est incompatible avec la plupart des supports mobiles. Apple a toujours refusé de l’utiliser sur ses produits. Google a rendu difficile son installation sur Android et a décidé d’arrêter complètement son utilisation en 2012. Les mobinautes ne présentaient pas d’intérêt pour le plugin, en raison notamment de ses failles de sécurité.

De même, YouTube et Dailymotion ont décidé ne plus utiliser Adobe Flash Player. Firefox a désactivé les modules complémentaires de Flash.

Il faut savoir que le format Flash est déjà désactivé par défaut dans le navigateur web Chrome depuis la version 76. Il a déjà été banni de la régie publicitaire AdWords de Google depuis le 2 janvier 2017. À compter de cette date, les campagnes au format Flash ont tout simplement disparu.

Début 2019, Mozilla a également annoncé que son navigateur Firefox enverra des avertissements aux utilisateurs pour les sites web qui utilisent Flash comme extension. Microsoft prévoit aussi de bloquer l’utilisation de ce plugin dans Edge et Internet Explorer. D’ici la fin 2020, Flash sera banni de Windows et supprimé du navigateur Chrome de Google.

Adobe, l’éditeur de Flash a lui-même annoncé la fin de son support et de sa mise à jour pour la fin de l’année 2020. Néanmoins, des corrections de sécurité seront effectuées jusqu’à cette date. Adobe a indiqué vouloir collaborer au développement de nouvelles normes web, dont le HTML5.

Ainsi, Animate CC, l’outil créateur d’animation d’Adobe prend en charge HTML5 et WebGL. Avant la fin de vie de son plugin, Adobe continuera à utiliser Flash sur Windows, MacOS et Linux.

Les principaux navigateurs (Google Chrome, Mozilla Firefox et Microsoft Edge) ont annoncé que la disparition du plugin Adobe Flash Player se fera de manière progressive. Au début, ils vont mettre en place une demande de permission pour exécuter le logiciel. Ils comptent dans un second temps le désactiver par défaut, pour ensuite le bannir définitivement d’ici fin 2019.

Sites web en Flash : les alternatives

De nos jours, plus de la moitié des internautes utilisent un smartphone ou une tablette pour naviguer sur la toile. Sachant que la plupart des sites créés en Adobe Flash ne sont pas compatibles avec ces appareils, le plugin ne répond pas aux besoins des internautes.

Ainsi, dans l’optique d’améliorer le confort des utilisateurs, entre autres, Google a décidé de ne plus prendre en considération les sites Flash. Ces derniers seront automatiquement détectés par des algorithmes. L’internaute recevra sur son appareil la mention : « Use Flash. May not work on your device. ».

Comme alternative, le moteur de recherche du géant du Web propose aux webmasters de modifier les sites mobiles créés en Flash par un autre langage. Pour cela, Google propose deux outils : Web Fondamentals et Web Starters Kit.

L’enseigne encourage les créateurs de contenus à utiliser des formats ouverts comme HTML5, WebGL ou encore WebAssembly. Afin de faciliter la migration des contenus, on peut utiliser un outil de conversion des animations Flash en Canva. Adobe laisse un sursis de 6 ans aux développeurs pour effectuer leur migration.

De nouvelles technologies plus fiables vont remplacer progressivement Flash Player. Le HTML5, soutenu par les principaux navigateurs web, fait office de favori pour prendre le relais.

Les avantages de HTML5

HTML5 est la version du HTML utilisée pour la création des sites web. Grâce aux balises sémantiques, les pages sont harmonisées et les contenus mieux identifiés. Par rapport à Adobe Flash Player, le format ouvert HTML5 est plus avantageux.

En effet, il consomme moins de mémoire vive et protège davantage les utilisateurs via le Content Security Policy. Les failles de sécurité sont donc réduites. Les internautes peuvent l’utiliser sans aucune installation. Il est également compatible avec tous les supports : ordinateurs, tablettes, téléphones. HTML5 permet aussi le stockage de fichiers en local et facilite le commerce sur le Web.

Pour les nombreux inconvénients qu’il présente, Adobe Flash Player a été progressivement banni du web, après 20 années de service. Si vous utilisez encore ce plugin, rassurez-vous, Google a mis à votre disposition de nombreux outils pour assurer la migration de vos contenus. De plus, l’extinction de Flash se fera de manière progressive et ne sera effective qu’en 2020.

Pour en savoir plus, découvrez notre livre blanc Inbound marketing : faire de sa marque un média et transformer son audience en clients. Vous pouvez également contacter notre agence Inbound marketing.

Jérémie Dornbusch

Posté par

Formé aux techniques de vente et au marketing digital à l’INSEEC j’ai au cours de mes études, connu

Jérémie Dornbusch

Contact Référencement :

Hanna Azaïz

ha@1min30.com
06 02 61 89 61





Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!