2021
14/Jan

Repenser son organisation post-confinement

La crise sanitaire, économique et humaine traversée par la France et par le monde au premier semestre 2020 nous oblige à repenser l’organisation au sein de nos entreprises.

En effet, les nouvelles règles et normes qui découleront de cette crise auront pour but de mettre et maintenir en sécurité les biens et les personnes.

Une organisation à repenser ?

La France, est par nature, un pays où la hiérarchie est verticale et, dans laquelle, nous aimons avoir notre bureau, nos habitudes.

En effet, qui n’a pas connu le « Tiens, il est 17 heures, tu prends ton après-midi ? » ? Personnellement, je déteste cette remarque mais elle est assez symptomatique du mode de fonctionner qui est assez récurrent dans la plupart des entreprises, le présentéisme.

La crise du COVID-19 nous oblige à remettre en question non seulement cette organisation descendante, mais également notre mode de fonctionnement au niveau individuel.

La maxime « métro, boulot, dodo » semble être relativement obsolète à l’heure où nous sommes, pour la plupart, confinés chez nous.

Aussi, il convient de trouver un nouvel équilibre dans l’organisation de notre travail afin de ne pas perdre ni en productivité, ni en qualité de vie professionnelle et personnelle.

En effet, la qualité de vie professionnelle est importante et ce d’autant plus que nous devons faire face à des mesures de distanciation sociale plus ou moins strictes.

Quelle organisation pour une meilleure productivité ?

On le sait, toutes les organisations ne sont pas productives ou, à tout le moins, il y a une productivité différente en fonction de différents paramètres (typologie d’entreprise, typologie de management, etc.).

Hors, dans un contexte comme celui que traverse la France actuellement, il vaut mieux produire de manière constante afin d’assurer sa survie plutôt que de vouloir produire à tout va, épuiser ses ressources (humaines et logistiques !).

Beaucoup d’entreprises ne survivront pas à une crise économico-sanitaire comme celle qui ravage le monde en 2020 et bon nombre d’entres elles fermeront ainsi leurs portes laissant des milliers de collaborateurs sur le carreau.

Ces collaborateurs ne souhaitent pas revivre les instants difficiles qu’ils ont pu connaître jusque lors et auront donc à cœur de retrouver une organisation dans laquelle ils pourront se reconnaître.

Aussi, votre organisation doit être le reflet des hommes et des femmes qui la composent. Une organisation diverse, variée et cosmopolite.

Cette organisation devra également être une organisation apprenante car l’ensemble des informations et des méthodologies ne peuvent pas uniquement être drivées par la direction et ce pour la simple et bonne raison que lorsque la direction n’est pas tenue par un vrai manager, l’organisation ne pourra qu’en pâtir.

Aussi, comment savoir quelle est la meilleure organisation pour votre entreprise ? Plusieurs éléments sont à prendre en compte.

Le premier d’entre eux est de savoir qui vous êtes réellement. Quelle image souhaitez-vous refléter à vos clients, à vos partenaires ? En fonction, vous aurez à adopter une organisation adaptée.

En effet, il n’y a pas une organisation type parfaite, il n’y a que des organisations adaptées à vos objectifs. Il existe plusieurs types d’organisations et vous aurez à piocher dans chacune d’entre elles afin de pouvoir constituer, presque de manière sur-mesure, l’organisation la mieux adaptée à votre entreprise.

Les liens au travail, un vecteur de l’organisation

Vos collaborateurs sont une partie prenante de votre organisation et, à ce titre, il va falloir faire le nécessaire afin de les mobiliser dans l’aventure que vous aurez initiée.

Aussi, il faut repenser votre organisation en profondeur et ainsi étudier chaque activité faite actuellement et vérifier si cette activité est utile au développement et à la pérennisation de votre entreprise.

Au-delà de la valeur ajoutée générée par une mission, une activité, une tâche, il faut se poser la question de savoir si elle revêt une importance stratégique pour l’organisation ou non ? En effet, il se peut qu’une tâche à faible valeur ajoutée soit d’une importance économique et stratégique considérable et inversement.

Aussi, il faut pouvoir garder, en interne, l’ensemble des missions ayant un intérêt stratégique majeur pour le développement et la pérennisation de votre organisation. Si elle ne l’est pas, réfléchissez à un autre moyen de mettre cette compétence à votre profit. Nous pouvons ainsi envisager une externalisation ? Un temps de travail partagé ?

En effet, en fonction de votre besoin il vous est tout à fait possible d’adapter et de modeler vos liens au travail en fonction des objectifs à acquérir et ceux déjà obtenus. Il faut pouvoir remettre en question votre organisation afin d’en tirer le meilleur et ainsi obtenir un avantage concurrentiel sur les autres acteurs du marché. Cet avantage vous permettra de grappiller des parts de marché et très probablement, faire de vous un leader sur le secteur.

Aussi, il faut parfois prendre des décisions difficiles comme se séparer d’un collaborateur, supprimer une activité, en créer une nouvelle, générer du business sur la base d’une externalisation, etc. Autant d’éléments qui permettront à votre organisation de se consolider afin de pouvoir supporter la crise passée et très certainement celles à venir.

Le lien social, un véritable enjeu de l’organisation

Nous l’avons vu de par la mise en application massive du télétravail, le lien humain et social a vocation à se distendre et à s’amenuiser. Aussi, une nouvelle organisation post-confinement devra intégrer cet enjeu majeur qu’est l’humain et ce, encore davantage que nous ne pouvions le mettre en avant auparavant.

En effet, sans devenir une entreprise sociale, il faut mettre l’humain au cœur car, rappelons-le, c’est tout de même, dans la grande majorité des cas, l’humain qui reste producteur de valeur ajoutée pour l’entreprise.

Aussi, il faut donc redonner une réelle place à chaque collaborateur afin qu’il puisse se sentir valorisé et en sécurité au sein de son entreprise. Le contexte exogène peut être (ou rester) chaotique, mais une fois au sein de l’entreprise, le collaborateur doit pouvoir être serein et se dire qu’il est en sécurité, comme dans une bulle, un cocon qui lui permettra d’exercer, en toute quiétude, son activité professionnelle.

En effet, le lien social passe par l’intégration au travail, mais pas uniquement. Les interactions entre les collaborateurs doivent pouvoir être maintenues et le teambuilding prend toute sa place dans ce contexte.

Continuer à valoriser les compétences, continuer à valoriser les réussites, continuer à réunir, à rassembler, sont autant d’atouts et d’éléments importants qui permettront de maintenir ce lien social !

 

Si cet article vous a plu, nous vous invitons à contacter notre agence de marketing rh, à télécharger les premières pages de notre méthodologie « les 3 méthodes marketing pour les rh » et à consulter notre page dédiée à notre agence marketing rh.

Yann Schimmer

Posté par

Atypique et passionné. Tels sont les adjectifs qui peuvent me caractériser. Baccalauréat scientifiqu

Yann Schimmer

Contact Marketing RH :

Chloé Duval

cduval@1min30.com
07 60 56 24 02





Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ne restez pas seul face à vos challenges marketing ! Rejoignez notre communauté pour apprendre et partager :)