1min30 > Flop ou Fail marketing
2019
12/Fév

Flop ou Fail marketing

Définition Flop marketing

Un flop ou fail marketing est l’échec d’une marque sur un produit. Cette défaite est dû soit au produit soit à la campagne publicitaire.
En conséquence peut survenir une perte d’investissement et dans le pire des cas la fermeture de l’entreprise. Ils peuvent aussi induire une mauvaise image de marque.
Dans les écoles de commerce on étudie ces échecs pour éviter de les reproduire.
Il faut toujours tester et aller au contact des utilisateurs avant d’investir des millions et des millions dans un produit inutile.

Exemples des plus grands flops marketing de l’histoire :

New Coke par Coca-Cola :

En 1975 Pepsi a lancé une grande campagne de pub : un test à l’aveugle entre les deux boissons. Et Pepsi a remporté largement le défi. Que fait Coca-Cola ? Ils inventent une nouvelle boisson New Coke et mettent à la retraite l’ancienne. Le nouveau slogan est : « Le meilleur le devient plus encore ». Une étude a montré que Pepsi avait un goût plus sucré en bouche, du coup, Coca-Cola sucre énormément sa nouvelle recette.
Le hic, c’est que l’entreprise a complètement oublié l’attachement des consommateurs au produit original. Il s’en suit un gros scandale dans les supermarchés, certains fans font même des provisions du Coca-Cola authentique dans leurs caves, d’autres viennent déverser le faux produit devant les locaux de la firme.
Devant la chute des ventes du produit et moins de 3 mois après la sortie du « faux » coca, New coke est banni et le Coca-Cola rebaptisé « classic » est restauré.

Juicero, la machine à jus

Juicero voulait imiter les machines à café Nespresso mais pour les jus de fruits et légumes. Ils ont donc produit une machine à 400$ avec des sachets équivalents aux capsules. Les sachets étaient composés de fruits et légumes découpés et garantis jamais congelés vendus environ 5 dollars. L’idée parait très bonne et de nombreux investisseurs se sont bousculés (120 millions de dollars). Malheureusement, en 2017, une vidéo publiée par l’agence Bloomberg montre qu’on peut presser les sachets à la main sans utiliser la fameuse machine. Résultat : la société a « coulé ».

La cigarette sans fumée de RJ

En 1995, l’entreprise Reynolds (qui produit les cigarettes Camel et Winston entre autres) investit 350 millions de dollars dans une cigarette sans fumée. Gros flop marketing puisque ni les non-fumeurs ni les fumeurs ne désiraient fumer cette cigarette. Pour les premiers, selon eux la marque n’avait pas à les inciter à pratiquer cette activité nocive. Et pour les autres, même le PDG a reconnu que la cigarette avait un « goût merdique ».

Le parfum BIC

Déjà, l’équipe aurait dû se poser une question sur le positionnement: qui voudrait sentir un parfum d’une marque qui vend des briquets et des stylos ?
Pourtant l’idée partait d’un bon sentiment : révolutionner le monde du parfum en le rendant abordable. Mais acheter son parfum entre le paquet de cigarettes et les cartes à gratter n’a pas vraiment plu aux consommateurs. Le plus gros frein de ce produit était sans doute son lieu de vente.
Échec pour la marque : 400 millions de francs perdus.

La clé d’un bon produit est avant tout de répondre à un besoin du consommateur. Il est donc essentiel de tester son produit avant de le commercialiser. Y-a-t-il vraiment un marché pour tout et n’importe quoi?

Jérémie Dornbusch

Posté par

Formé aux techniques de vente et au marketing digital à l’INSEEC j’ai au cours de mes études, connu





Commenter

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!