src=
2014
09/juin

Chaîne de la valeur des médias : la barrière à l’entrée de la diffusion a sauté

La chaîne de la valeur des médias se décompose en 3 parties constituantes commune à tous les médias: la production, l'édition et la diffusion de contenu. Aujourd'hui avec l'avènement d'Internet ce qui constituait la barrière à l'entrée d'un média à savoir la diffusion a sauté.

 Représentation de la chaîne de valeur des médias

 

Chaîne de la valeur des médias

Elle se décompose en 3 métiers principaux:
  • La production de contenu: du texte et de l'image pour un magazine, de la vidéo et du son pour une chaîne de télévision, du son uniquement pour une chaîne de radio, 140 caractères et/ou de l'image pour Twitter, etc. Le producteur de contenu peut être indépendant du média.
  • L'édition de contenu: c'est le rôle central d'un média et c'est d'ailleurs la fonction qui le définit. C'est l'éditeur qui est le média au sens de la loi de 86 sur l'audiovisuel. L'éditeur agrège les contenus autour de sa ligne éditoriale. C'est lui qui définit le chemin de fer d'un magazine, la grille des programmes d'une chaîne de TV ou de radio, etc. Une marque devenue média doit tenir ce rôle et assurer la cohérence de sa ligne éditoriale avec son positionnement quitte néanmoins à confier ce rôle à un éditeur délégué.
  • La diffusion de contenu: c'est la partie emmergée de l'iceberg. Le signal TV ou radio que l'on reçoit, le papier du magazine que l'on achète chez son marchand de journaux, les nouveaux canaux de diffusion tels que Google, Facebook ou Twitter. Néanmoins, la diffusion ne fait pas le média. TDF, par exemple, qui diffuse les signaux TV et radio n'a jamais été un média, ni Presstalis qui distribue les journaux.

La barrière a l'entrée n'existe plus

Néanmoins, même si la diffusion ne fait pas le média, elle a longtemps constituée la barrière à l'entrée des médias. En effet, pour être une chaîne de TV ou de radio, par exemple, il fallait obtenir le droit d'usage d'une fréquence hertzienne (ressource rare attribuée en France par le CSA), ou pour être un journal ou un magazine, il fallait faire un investissement important dans l'impression et la diffusion de son support.Aujourd'hui, cette barrière à l'entrée a sauté avec Internet. Pour un prix quasi nul, nous pouvons tous autant que nous sommes, simples citoyens, TPE ou Grands Comptes, diffuser du contenu sous toutes ces formes (texte, image, son ou vidéo) à travers le monde sur son propre site ou sur les réseaux sociaux.Ainsi, la valeur se déplace aujourd'hui vers la production de contenu. Ce sont les contenus de qualité qui font et feront l'audience, charge aux éditeurs de les produire eux-même, de les acheter ou de les obtenir des utilisateurs (UGC) voir d'ailleurs notre article production de contenu, curation ou UGC ?

Partagez-vous ce point de vue sur l'évolution de la chaîne de la valeur des médias ?

Si tel est le cas et que vous souhaitez produire du contenu de qualité, ou nous confier la tâche d'éditeur délégué pour devenir votre propre média, je vous invite à découvrir notre offre d'agence de contenu et d'agence de brand marketing. Vous pouvez aussi télécharger notre guide  sur l'Inbound marketing.

Posté par Gabriel Dabi-Schwebel

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lancement de nombreuses révolutions numériques : 3G, VoD, Triple Play, TV Mobile, Apps Smartphone, Smart Grid, etc. Ces expériences ont forgé mon expertise du marketing lire la suite...

Gabriel

Contact Brand Marketing :
Gabriel Szapiro

gszapiro@1min30.com
0611410158

5 étapes pour remplir le formulaire de droit à l'oubli de Google

Freshbooks, les 5 raisons d’une success-story

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!