1min30 > Blog > Inbound Marketing > Growth Hacking : définition, conseils et exemples
2014
31/Mar

Growth Hacking : définition, conseils et exemples

Aujourd’hui nous allons nous arrêter sur une notion qui monte, une notion qui se développe, une notion dont on parle de plus en plus en Europe : le growth hacking.

Le Growth Hacking est de plus en plus considéré en Europe. C’est en fait une pratique répandue depuis plusieurs années aux Etats-Unis et dans la Silicon Valley notamment.

Définition Growth Hacking, What is this ?

Ce fameux Growth Hacking est composé de deux notions :

  • « Growth » Il nous renseigne sur l’objectif principal du Growth Hacking : la croissance.

Car vous l’avez compris, le graal absolu d’une start-up, comme d’une entreprise à plus fort pouvoir, est de développer fortement et rapidement sa croissance, qu’elle soit en terme d’utilisateurs, de visiteurs du site et donc au final d’acheteurs.

  • « Hacking » Ce terme qui aujourd’hui a une connotation plus que négative, notamment en France, ne fait pas uniquement référence au piratage d’un système, d’un ordinateur ou d’un compte Facebook. Il correspond en fait à des détournements composés de différents outils et techniques que l’on peut appeler « Hacks », qui sortent des conventions et de toutes les formalités qui existent.

Ainsi, appliqués à la croissance de l’entreprise, ils forment ce que l’on appelle le Growth Hacking.

De façon simple, le Growth Hacking est un ensemble de tactiques et techniques à mettre en place au cœur de son produit et de son site web pour développer, par exemple le trafic (sur le site web), et bien entendu la réussite de son entreprise.

Il est d’ailleurs souvent considéré comme un marketing qui pourra particulièrement se développer à l’endroit où il y a absence de capital (du fait de son faible coût de mise en place), et donc au sein des start-up entre autres.

La réflexion que bon nombre de personnes peuvent alors se faire est : « Mais en fait le Growth Hacker doit savoir tout faire quoi ! ».

C’est en grande partie vrai, le Growth Hacker doit pouvoir maîtriser le Marketing, les nouvelles technologies (ou tout du moins les connaître et savoir les appréhender), ou encore savoir faire preuve d’un esprit d’analyse important.

Néanmoins selon moi, le fond du Growth Hacker doit être teinté d’une passion indéfectible pour ce qu’il fait, d’une créativité débordante et d’un sens de la remise en question développé pour pouvoir effectuer un feed-back instructif sur chacune des actions mises en place et comprendre comment déplacer les utilisateurs d’un état à l’autre au sein du modèle que nous verrons juste après.

Les exemples les plus connus de Growth Hacking sont ceux d’Hotmail ou de Dropbox notamment, qui proposait d’accroître la capacité de stockage à l’utilisateur pour chaque ami parrainé sur le site. Cet astuce simple mais très efficace représente parfaitement l’esprit du Growth Hacking : Croissance, Efficacité et Créativité.

Conseils: Les 4 (+1) étapes du Growth Hacking

Dans le but de correctement appréhender le Growth Hacking, on peut se baser sur le modèle de 4 (+1) étapes suivant, basé sur l’idée du tunnel de conversion :

  • Acquisition : En fait c’est la source. L’idée c’est d’attirer les internautes sur le site ou la page souhaitée et donc de générer un trafic conséquent.
  • Activation : L’idée de l’activation est de faire que ces visiteurs qui viennent désormais sur le site deviennent des utilisateurs du site, de la marque ou du produit.
  • Rétention : Une fois que le visiteur a été « transformé » en utilisateur, il s’agit de faire devenir actif cet utilisateur. En fait l’optique va être d’impliquer l’internaute afin de lui permettre notamment d’avoir l’envie de réitérer sa visite et d’ainsi devenir un internaute régulier et fidèle. Il ne faut pas oublier que, généralement, 80 % de vos revenus proviennent de clients réguliers !
  • Revenue : Voilà, nous sommes arrivés au but final de notre stratégie qui est de … faire payer les utilisateurs actifs. Evidemment pour toute entreprise, l’objectif de la génération d’un trafic de qualité, régulier et qualifié est axé autour de la monétisation potentielle qu’elle peut retirer de ses utilisateurs actifs.
  • Referral : C’est l’étape bonus (mais tout de même essentielle). Elle offre l’idée de réaliser des « synergies » entre  ses utilisateurs actifs et ceux qui ne le sont pas encore (voire les non visiteurs actuels pouvant se mouvoir en visiteurs potentiels). Le concept se veut donc être incrusté dans une logique de viralisation et de bouche à oreille permettant un développement exponentiel de l’audience.

Pyramide du Growth Hacking

Comme nous avons pu l’observer dans la première partie, la vie du Growth Hacker est orientée croissance. D’ailleurs, à travers ces 4(+1) étapes on observe cette recherche permanente du développement. Développement qui sera complété d’une analyse particulière à chaque étape afin de pouvoir déterminer les points forts comme faibles de la stratégie de croissance de l’entreprise.

Le Growth Hacking est-il une vraie nouveauté ?

La réalité est que le Growth Hacking repose sur de nombreux concepts forts et va se trouver à leur intersection. Il réunit les domaines du Marketing, des Technologies Web et Internet, de la Psychologie voire de l’Anthropologie.

Mais ce n’est pas tout. Le Growth Hacking puise aussi son essence de la Viralisation et donc, du Bouche à Oreille. De l’exemple de Dropbox dont nous parlions précédemment, en passant par celui d’Hotmail (ajoutant à la fin de tous les mails envoyés par ses utilisateurs  « PS : I Love You. Get Your Free Email at Hotmail »), on remarque que le conditionnement de la réussite pour l’action du Growth Hacker passe par la viralisation et l’utilisation de l’utilisateur comme relais de communication.

La recherche de cette viralisation se fait bien souvent de par l’intégration au sein même du produit d’un élément qui va déclencher le processus de bouche à oreille.

C’est en fait ce qu’Andy Sernovitz appelle les « Tools» dans sa stratégie des 5T de mise en place d’un bouche à oreille positif. Ces « Outils » vont permettre de propager et d’amplifier le phénomène viral autour du site et de l’offre de l’entreprise. C’est exactement l’utilisation qu’en ont fait des Hotmail ou des Dropbox.

En fait, et pour faire court, le Growth Hacking est né de la réunion de nombreux concepts existants et d’un environnement global catalysant son développement. Il n’est pas une nouveauté créée  à proprement parler mais une évolution des métiers basée sur le l’interconnectivité des compétences, entre autres.

Si vous souhaitez aller plus loin, ou tout simplement observer de façon imagée ce que nous avons expliqué plus haut :

Exemples de Growth Hacking

L’infographie ci-dessous en anglais détaille les stratégies de Growth Hacking de géant de l’Internet tel que Hotmail, Pinterest, Dropbox, Reddit, etc. Pour retrouver notre article détaillé sur ces stratégies avec une analyse de l’infographie en français je vous invite à vous rendre sur notre article  Exemples de Growth Hacking

Growth Hacking - Stratégies Grandes Marques

Si cet article vous a plu, je vous invite à découvrir notre offre en Inbound marketing  ainsi qu’à télécharger notre livre blanc sur l’Inbound qui est une stratégie de Growth Hacking très efficace et durable.

Posté par

Grand adepte du Marketing 3.0, Webmarketing et développement du Bouche à Oreille, je suis convaincu

Kevin Dangu

Contact Inbound Marketing :

Gabriel Dabi-Schwebel

gds@1min30.com
0673551736





1 Commentaire

Amasten Ameziani dit:07 Avr 2014

Excellent article ! Le slideshare est très instructif aussi ! Beau boulot !


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous