2020
28/Oct
4 min

Prix d’une traduction

La traduction nécessite non seulement une bonne compréhension des mécanismes de la langue source et celle cible, mais aussi d’être familiers avec les applications de la langue dans un contexte culturel donné. Tout cela vient justifier une tarification assez conséquente du travail de traducteur quand cela est fait au niveau professionnel.

Définition prix d’une traduction

On parle de prix d’une traduction pour évoquer le tarif auquel un traducteur professionnel propose son travail. En outre, le prix est directement lié à la quantité de travail qui a été fournie par celui-ci, et il faut donc que la somme payée soit proportionnel à ce travail. Chaque traducteur est libre d’utiliser le système d’évaluation qui lui convient, et également de pratiquer les prix qu’il souhaite. Toutefois, afin de rester compétitif, il est dans son intérêt que ses tarifs ne soient pas trop éloignés de la moyenne.

En outre, traduire convenablement un contenu nécessite qu’on utilise les compétences et connaissances adéquates. Malgré la présence d’outils de traduction automatique mis gratuitement à la disposition des particuliers, la qualité de ceux-ci laisse à désirer comparé à ce qu’un professionnel peut faire. Ce dernier va utiliser ses compétences, mais aussi différents outils spécialisés comme les logiciels de TAO, soit Traduction Assistée par Ordinateur.

Comment on calcule le prix d’une traduction ?

Le prix d’une traduction dépend essentiellement de la quantité de travail qui a été fournie pour faire celle-ci. Il se trouve différents outils qui vous permettent de mesurer les efforts qui ont été nécessaires pour traduire un texte, et la longueur de celui-ci est principalement ce sur quoi on se base. Plus un texte est long, plus on va déduire qu’il a demandé du travail. Ensuite, il faut que le traducteur se décide sur quelle unité de comptage il va baser la quantité de travail fourni. L’une des plus fréquentes est le nombre de mots, mais ce n’est pas une décision systématique.

Certains traducteurs décident également de faire la tarification de la traduction en fonction du nombre de signes, de lignes, de phrases, de paragraphes ou même de pages. Dépendamment de la longueur, un forfait tarifaire peut être proposé par le traducteur. Ainsi, dans le cas où le travail de traduction est assez volumineux, on peut se voir proposé un remise plus ou moins importante. Tout dépend cependant du traducteur qu’on décide d’approcher, et rien ne le contraint à faire cela.

Les tarifs en vigueur actuellement

Les tarifs peuvent changer suivant que vous approchiez un prestataire indépendant en traduction ou bien une compagnie spécialisée dans la traduction professionnel de contenu. En outre, la moyenne est entre 0,06 euros à 0,12 euros par mot. Il vous est possible de trouver une grande variété de tarifs sur le marché, mais en gros, ils ne devraient pas trop s’éloigner de cette tranche.

Si le prix qui vous est proposé pour une traduction est bien trop en dessus de celui-ci, il y a de grands risques que la qualité soit pourtant exactement la même pour des offres moins chers. De l’autre côté, il faut également se méfier des tarifs qui sont trop bas, dans la mesure où cela pourrait être un signe flagrant de mauvaise qualité du travail.

Il est impossible qu’un traducteur professionnel puisse proposer ses services pour des tarifs comme 0,001 euros le mot et survivre de cela, et pourtant, on trouve de tels prix sur le marché. Quand on teste ces offres, on réalise qu’elles ne sont pas proposées par des professionnels, mais plutôt par des amateurs qui utilisent des outils de traduction automatiques gratuits. Vous devez donc bien faire attention aux offres vers lesquelles vous décidez de vous tourner.

Qu’est-ce qui impacte la tarification ?

Un travail de traduction n’est pas toujours simple, et le fait de parfaitement parler à la fois la langue source et celle cible ne signifie pas que transmettre un message de l’une à l’autre sera aisé. En outre, on peut mentionner certaines combinaisons linguistiques dans lesquelles les langues concernées sont très différentes les unes des autres. Il se peut que des éléments grammaticaux existants dans l’une ne soient pas présents dans l’autre, et quand c’est le cas, le traducteur doit aviser.

De plus, le traducteur doit également se charger d’utiliser des outils payants, soit les outils de TAO, sans lesquels son travail est moins simple. Si certains de ces logiciels peuvent s’acquérir avec l’achat d’une licence à vie, d’autres nécessitent un abonnement mensuel pour qu’on puisse bénéficier pleinement de l’ensemble de leurs fonctionnalités, comme la possibilité d’utiliser les correspondances. Tous ces éléments viennent impacter le prix de la traduction d’une manière ou d’une autre.

 

Pour aller plus loin, je vous invite à télécharger notre livre blanc : Acquisition Strategy Design et à contacter notre agence de marketing international.

Posté par





Commenter

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!