2020
02/Mar

Cloud Computing

Le terme «Cloud Computing» est né dans les années 1960, lorsque les ingénieurs ont dessiné des diagrammes et représenté Internet comme un nuage qui signifie littéralement Cloud en anglais. Aujourd’hui, le Cloud Computing désigne plus généralement un système de services qui sont gérés et hébergés sur Internet.

Cloud Computing : définition

Le Cloud vous permet de vous connecter à des services disponibles en ligne tels que des serveurs, des ressources de stockage, des bases de données, des réseaux, des logiciels, des analyses, évitant aux particuliers et aux entreprises d’avoir à concevoir et gérer des infrastructures informatiques en interne. Les entreprises font appel à des fournisseurs qui sont chargés de contrôler ces services. En fonction de leur utilisation, ces services peuvent être payants.

On peut définir trois principaux types de Cloud Computing :

Les Cloud publics :

Avec un Cloud public, le matériel, les logiciels et l’infrastructure de support sont tous détenus et gérés par le fournisseur de services Cloud. Le Cloud public est basé sur le partage de matériel, de ressources de stockage et de périphériques réseau avec d’autres organisations. Vous pouvez accéder et gérer les services Cloud avec votre compte à l’aide d’un navigateur Web. Les exemples les plus connus de Cloud public sont AWS, GCP et Azure. Les avantages: pas de maintenance, coûts réduits, haute fiabilité et évolutivité quasi illimitée.

Pour la maintenance de votre parc informatique et une assistance informatique à distance, des sociétés comme Techinclic proposent des services adaptés aux besoins et aux budgets de chaque entreprise.

Les Cloud privés :

Ce type de Cloud a été créé pour fournir des utilitaires de calcul et est destiné à servir un seul client ou entreprise. Le Cloud privé offre un niveau de sécurité et de contrôle plus adapté au besoin l’entreprise car il assure une meilleure protection des ressources informatiques. Les avantages: sécurité optimisée, évolutivité élevée et flexibilité accrue.

Les Cloud hybrides :

Un Cloud hybride est une combinaison d’un Cloud public et privé.

Il peut y avoir des applications spécifiques à l’entreprise qui doivent être protégées en privé et d’autres qui ne nécessitent pas le même niveau de contrôle et ce type de Cloud hybride gère les deux demandes. Les avantages: flexibilité, contrôle, simplicité et commodité.

Pour mieux comprendre les types de Cloud, il est également nécessaire de considérer comment ceux-ci viennent à être utilisés.

Les différents types de services Cloud:

IaaS (Infrastructure as a Service)

Le fournisseur offre à l’utilisateur des ressources informatiques sur lesquelles installer et gérer ses applications de manière indépendante.

Les services d’infrastructure ou Infrastructure as a Service (IaaS) incluent les ressources réseau, la capacité de stockage, la capacité de traitement et la couche de virtualisation; ces ressources peuvent être utilisées de manière évolutive et flexible en fonction des besoins réels de l’entreprise.

Les ressources d’infrastructure sont fournies par un fournisseur externe ou par le département IT sur la base des SLA convenus et le client peut les utiliser pour installer ses applications, en les gérant de manière indépendante. Le terme IaaS représente donc une évolution de l’offre de marché typique des services d’hébergement virtuel traditionnels, et se caractérise par une plus grande flexibilité pour augmenter ou réduire le niveau des ressources utilisées et pour lesquelles vous payez le service.

Par rapport à l’hébergement virtuel traditionnel, les services “Infrastructure as a Service” se caractérisent généralement par une granularité plus fine dans la sélection des ressources à utiliser, par la possibilité d’augmenter considérablement le niveau des ressources utilisées, par la possibilité de laisser une telle utilisation varier sans avoir besoin de modifications contractuelles mais en facturant leur utilisation réelle à la fin.

L’offre de services IaaS nécessite que le fournisseur soit équipé d’une infrastructure de type Cloud, bien que l’accent actuellement mis sur ces enjeux amène certains prestataires de services de virtualisation à proposer des formes contractuelles plus flexibles.

PaaS (Platform As A service)

Le fournisseur propose à l’utilisateur, des plateformes optimisées pour le développement, le test et la livraison d’applications personnalisées.

Les outils généralement inclus dans une plate-forme PaaS sont les systèmes d’exploitation, les systèmes de sécurité, les systèmes de gestion de base de données, les serveurs d’applications, les services d’intégration, les outils de gestion des processus métier (BPM) et les environnements de développement logiciel.

Le client contrôle et prend en charge certains aspects de la plateforme, tandis que l’infrastructure sous-jacente est gérée de manière transparente par le prestataire de services ou par le département IT interne.

Les solutions PaaS lient les entreprises aux technologies et à l’environnement d’application conçues par le fournisseur, parfois constitués de solutions propriétaires qui limitent les possibilités de migration vers d’autres fournisseurs. Pour garantir la flexibilité nécessaire, les fournisseurs de services PaaS doivent disposer d’une infrastructure Cloud Computing propriétaire ou utiliser les services offerts par un fournisseur IaaS.

SaaS (Software As A Service)

Le fournisseur propose à l’utilisateur des applications prêtes à l’emploi gérés sur une infrastructure Cloud.

Les services d’application sont inclus dans le modèle Software as a Service (SaaS), où l’utilisateur final accède à différents services à la demande via les technologies Internet, entraînant des coûts en fonction de leur consommation réelle (par exemple en fonction du nombre utilisateurs mensuels).

Les applications généralement utilisées en tant que service peuvent être, par exemple: des logiciels de productivité individuelle ou des services de communication et de collaboration unifiées. Un fournisseur SaaS est également chargé de fournir la puissance de calcul, les ressources de stockage et de réseau pour exécuter l’application, en acquérant sa propre infrastructure ou à son tour en utilisant les services offerts par d’autres fournisseurs.

Les applications sont délivrées de manière flexible et évolutive par un prestataire de services ou par le service IT de l’entreprise à différents interlocuteurs internes ou partenaires externes. L’utilisateur final utilise le logiciel de manière transparente par rapport à l’infrastructure sous-jacente et n’a que des possibilités de personnalisation limitées.

L’offre de solutions SaaS offre une perspective d’évolution plus flexible par rapport aux services traditionnels ASP (Application Service Provider) dont elle se démarque par une architecture logicielle de type “multi-locataire”.

D’un point de vue de l’infrastructure, le SaaS ne nécessite pas nécessairement l’utilisation d’une infrastructure Cloud (le SaaS est né avant la diffusion des infrastructures Cloud), mais peut bénéficier de la plus grande flexibilité dans l’utilisation des ressources matérielles offerte par l’adoption de celles-ci.

Il est important de souligner que de nombreuses solutions ASP sur le marché sont désormais proposées sous le label SaaS, bien qu’elles ne respectent pas vraiment les principes décrits ci-dessus tels que la mutualisation et la flexibilité de paiement en fonction du niveau d’utilisation réel.

Pour aller plus loin, nous vous invitons à télécharger notre livre blanc: “les 11 commandements d’un site internet qui convertit vos visiteurs en clients” et à contacter notre agence web.

Jérémie Dornbusch

Posté par

Formé aux techniques de vente et au marketing digital à l’INSEEC j’ai au cours de mes études, connu

Jérémie Dornbusch

Contact Développement web :

Jérémie Dornbusch

jd@1min30.com
07 85 92 87 77





Commenter

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!