1min30 > Blog > Brand Marketing > L’ère post-digitale : la fin d’Internet ?
2017
12/Déc

L’ère post-digitale : la fin d’Internet ?

Vous avez bien lu : et si dans une période post-digitale, Internet y perdait son âme… et pour tout dire, sa fonction première : informer. Titre provocateur, imaginé pour vous faire réagir !
Certes, le web ne va pas disparaître… bien au contraire. Sa vocation d’échanges, de rencontres, d’émotions partagées demeurera un axe privilégié de sa valeur… et par là, de sa légitimité existentielle. Pourtant, aurons-nous le courage de nous rebeller face à ce monstre dénué de sens véritable, en le considérant comme l’alpha et l’oméga de notre style de vie ? Regardez un instant les clients d’un restaurant pour comprendre le rôle déviant d’Internet : combien de couples, attablés, s’inventent un univers duquel l’autre est absent… totalement absent. Un monde de solitudes connectées . Un comble!

“E pur si muove” Et pourtant elle tourne ! (Galilée)

Qui ne connaît cette formidable citation  de Galilée qui avait marmonné cette phrase en 1633 après avoir été forcé, devant l’inquisition, d’abjurer sa théorie pourtant vérifiée par la suite ? Face à Internet, ce mode de vie digital continuera à rythmer le quotidien des peuples… d’autant plus que toutes les administrations publiques s’en mêlent en nous imposant, pour des raisons économiques, d’être en permanence “branchés” dans tous les sens du terme, à ce bras devenu séculier.
Pourtant, ne ressentons-nous pas déjà, chez les millennials, un phénomène d’amour-haine vis-à-vis d’Internet; que les marketeurs devraient intégrer dans l’analyse du parcours de vie – et par là, d’achat – des consommateurs. Sans nul doute le web “tourne”, mais sachons comprendre les motivations et les désirs profonds du public en anticipant des modifications de comportement  dans sa relation avec le  numérique.

5 nouveaux modes relationnels axés enfin… sur l’Humain

En partenariat avec IPSOS, l’ACPM vient de publier, pour la 3e année consécutive, les résultats de son Etude ONE Market. Etude très éclairante pour analyser les nouveaux comportements de consommation des Français et leur fréquentation médias. Etude édifiante qui souligne à nouveau l’incidence humaine dans la décision d’achat. Enfin ! Sans citer un opérateur téléphonique en particulier, n’en avez-vous pas assez de pianoter tous les numéros de 1 à 10… pour n’avoir personne au bout du fil ?
IPSOS a ainsi analysé 5 modes relationnels qui émergent progressivement dans les stratégies de marques :

1 – La relation transparente

Les Français recherchent de plus en plus l’authenticité dans le choix des marques. Ils sont 70 % à privilégier une marque dont ils aiment les  valeurs. Aujourd’hui cette relation s’exprime dans l’univers alimentaire : 85 % des Français se déclarent vigilants sur la qualité de leur alimentation. Sans oublier l’implication des marques dans la préservation de l’environnement et la promotion de l’écologie.Une marque se doit d’élargir sa fonction économique à une vision sociétale plus altruiste. Fini de ne se consacrer qu’à un rôle de fabricant de produits, paradigme étincelant des Trente Glorieuses.

2 – La relation intuitive

Les Addicts de Brand veulent que les marques anticipent leurs désirs en personnalisant leur relation. Comment ? En ayant recours aux data et aux analyses fines des personas.

Persona Julie pour Nouvelle Frontière

3 – La relation singulière

Les consommateurs privilégient la dimension affective des marques… Vu la standardisation des produits et souvent leur excellence technologique, elles favorisent les services humains associés (accueil, formation, invitation, intérêt marqué pour le style de vie de l’acheteur… ) Par exemple, 27 % de Brand Addicts considèrent l’amabilité comme un critère de choix d’une compagnie aérienne. Cette exigence de services exonère le producteur de justifier parfois un prix plus élevé que la concurrence.

4 – La  relation incarnée

La nouveauté et les sensations comme stimulis d’achat ! Les fans s’y reconnaîtront ! A voir les queues devant les boutiques Apple pour posséder le Graal : l’Iphone  X, la marque à la pomme a tout compris : l’innovation au service des “Trendsetters”. Comment continuer à les séduire ? En pratiquant les 4 valeurs du désir que j’ai imaginées dans mon livre “L’Inbound marketing selon la Stratégie du Sherpa” : l’inattendu, l’intrigue, l’humour et la séduction… et vous verrez les Iphone se vendre par millions pour les affamés d’ émotions !  Le marketing des 5 sens prend ici tout son sens et participe  à une campagne multicanal inbound et outbound

5 – La relation effacée

L’entreprise s’ouvre aux échanges entre consommateurs comme l’a perçu Jeremy Rifkin dans son livre : “La troisième révolution industrielle” et sa fameuse antienne : “ Le nouveau modèle économique sera fondé sur le partage et les communautés collaboratives “. Point important, cette relation doit accepter la prise de pouvoir du consommateur en repensant son positionnement. D’une information Top/Down, l’entreprise doit s’engager dans une information Bottom/Up… et concevoir une organisation interne conforme à cette nouvelle philosophie.

Cette étude souligne le rôle éminent des marques : elles sont recherchées par les consommateurs  qui les intègrent  dans leur vie,  à condition qu’elles respectent un code de bonne conduite sur le plan humain et environnemental.

Si cet article vous a plu, je vous invite à contacter notre agence d’Inbound Marketing pour attirer les prospects, ainsi qu’à télécharger notre livre blanc sur le sujet.

Gabriel Szapiro

Posté par

Le digital révolutionne les modes de communication, l'information et, en conséquence, le marketing.

Gabriel Szapiro

Contact Brand Marketing :

Gabriel Szapiro

gszapiro@1min30.com
0611410158





Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!