2016
19/Mai

Ecrire pour le web : 6 contraintes liées au référencement

Vous souhaitez optimiser votre blog, mais les règles de SEO sont un poil obscures pour vous ? Par chance, vous êtes bien tombé ! Car dans cet article, je vous parle des contraintes SEO à prendre en compte. De quoi assurer à vos contenus un excellent référencement sur les moteurs de recherche ! Prêt ? C’est parti !

1. Le titre de l’article

Le saviez-vous ? Le titre de vos articles sont soumis à des règles de taille. Eh oui : s’ils sont trop courts, il sera difficile pour les moteurs de recherche de savoir précisément de quels sujets vous traitez. Et s’ils dépassent les 512 pixels de large, ils n’apparaîtront pas en entier dans la page de résultats de recherche ! Dommage, car ça risquerait alors de donner moins envie aux internautes de consulter vos contenus. Regardez par exemple ce titre d’article de CRVM :

Titre d’article sur page de recherche avec mot-clé « réalité virtuelle »

plm

Ici on reste sur notre faim, vous ne trouvez pas ? En plus, le titre ne nous incite pas à cliquer, il se contente simplement de répéter la question qu’on pourrait se poser, en tapant le mot-clé « réalité virtuelle ».

Pour faire apparaître votre titre entièrement, vous devez donc travailler sa taille. Et celle-ci dépend :

  • Des caractères utilisés (un « V » est plus large qu’un « i » par exemple),
  • De la présence de gras ou non (Google met en gras le mot-clé tapé par l’internaute dans la recherche, et le gras élargit la taille),
  • Du nombre de caractères utilisés.

Dans la pratique, on a constaté que de miser sur un titre comportant moins de 55 caractères lui permet d’apparaître entièrement sur la page de recherche. Une bonne pratique à adopter si vous souhaitez être bien référencé !

Un dernier conseil : Veillez à choisir des titres explicites, et évitez les jeux de mots (même si c’est tentant, je sais). En effet, les moteurs de recherche se basent sur une analyse lexicale et sémantique de vos contenus, ils ont donc du mal à détecter le second degré… Tout monde n’a pas votre sens de l’humour !

Vous souhaitez malgré tout conserver un titre d’article qui n’est pas adapté aux moteurs de recherche ? Alors vous pouvez toujours en écrire deux versions. La plupart des plateformes de gestion de contenu permettent en effet de paramétrer un titre de page web, et un titre pour le référencement. Pratique, non ?

2. La pertinence de l’article

Lors de votre rédaction, il est essentiel de prendre en compte une autre contrainte fon-da-men-ta-le : la profondeur de votre article. Autrement dit, la pertinence de son contenu. Si vos articles n’apportent pas assez d’information, ils risquent d’être considérés par Google comme des « thin contents » (contenus pauvres). Pas top, puisque ces derniers sont souvent moins bien référencés par les moteurs de recherche. Ils analysent plus difficilement leur contenu, et les considèrent donc comme moins pertinents.

Souvent, les « thin contents » sont des articles très courts. Eh oui, peu de chances d’aller au fond des choses en moins de 300 mots ! Néanmoins, ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, le blog de Seth Godin est extrêmement bien référencé, malgré ses contenus très courts.

Extrait du blog de Seth Godin (contenus courts mais bien référencés)

uhjn

Pour vous assurer un bon référencement, je vous conseille donc d’éviter à tout prix les « thin contents ». Et pour être sûr de ne pas en proposer, mieux vaut miser sur des contenus longs, qui vous forcent à aller au fond des choses : les moteurs de recherche se diront que votre contenu est plus approfondi. Et donc, a priori, qu’il apporte plus de valeur à l’internaute. En plus, les contenus longs ont tendance à recevoir d’avantage de partages et de backlinks, contribuant aussi positivement à votre référencement.

Remarque : Si vous privilégiez les contenus longs, attention ! Il ne faut pas non plus demander des efforts insurmontables aux internautes ! Par exemple, un contenu de 10 000 mots risque d’en décourager plus d’un, surtout sur le web où le confort de lecture n’est pas optimal. Par contre, un article qui dépasse les 1.000 mots mais qui est passionnant saura sans aucun doute trouver un lectorat. A vous de trouver le bon équilibre, donc !

3. La présence de liens sortants

Certaines entreprises appréhendent le fait d’intégrer des liens sortants dans leurs articles (liens qui pointent vers un autre site internet que le leur), car ils pensent que leurs lecteurs vont déserter leur site pour aller vers celui qu’ils indiquent… C’est votre cas ?

Sachez que si un trop grand nombre de liens peut gêner la lecture, la présence de liens sortants est souvent bénéfique ! En fait, ils permettent d’indiquer vos sources et de proposer aux lecteurs un complément d’informations. Ils ne vous en seront que plus reconnaissants ! Ils donnent donc de la valeur à votre article, et c’est pour cela que les moteurs de recherche les valorisent dans leur algorithme. Je vous conseille donc vivement de penser à en intégrer dans vos articles, même si ça peut parfois se révéler contraignant en termes de rédaction.

Et en termes de liens sortants, il faut aussi vous poser la question du type de lien que vous allez insérer. No-follow ? Do-follow ?

A l’origine, les liens do-follow sortant faisaient diminuer le « jus » SEO de votre site, donc vos positions dans Google. Mais les choses ont changé depuis, et maintenant Google affirme que ce n’est plus un facteur négatif pour votre SEO. De plus, l’utilisation du do-follow comporte d’autres avantages. Notamment, vous avez plus de chances de recevoir des propositions de contributions. Ça permet à votre blog d’apporter plus de valeur ajoutée aux internautes, donc de contribuer à les fidéliser, et d’être mieux référencé. Entre do-follow et no-follow, c’est donc à vous de trouver le juste équilibre !

4. La structure de l’article

Le saviez-vous ? Insérer des sous-titres à vos articles va permettre aux moteurs de recherche de scanner plus facilement le contenu de vos pages, d’en dresser « l’architecture ». Ça leur permet notamment de distinguer facilement la thématique de chaque contenu, et de déterminer en un rien de temps s’ils sont pertinents et de qualité. Si c’est le cas, ils les mettront en avant pour les internautes ! Actuellement, cette pratique s’est largement généralisée dans les entreprises, comme par exemple chez iAdvize.

Extrait d’un article sur le blog d’iAdvize avec sous-titres bien mis en évidence.

iuyjh

5. Le contenu de l’article

Il n’y a pas que la forme qui compte : le fond aussi a son importance en matière de référencement ! La meilleure façon d’être bien référencé, c’est encore d’offrir à vos cibles du contenu de grande qualité. En plus de booster votre référencement, ça améliorera votre image de marque, votre fidélité client mais aussi leur reconnaissance envers vous.

Vous aimeriez savoir comment offrir un super contenu de qualité à votre audience ? Voici mes conseils :

  • Réalisez un audit concurrentiel. Quelles stratégies de content marketing ont déployé vos concurrents ? A vous de choisir si vous voulez mettre en place une stratégie différente ou tenter de faire mieux.
  • Demandez-vous quelles sont les problématiques de vos cibles, et tachez d’y répondre !

Un contenu qualitatif doit apporter de la valeur ajoutée à votre audience !

Attention toutefois : si vous pouvez vous inspirer des contenus déjà présents sur le web pour offrir le must à votre audience, ne basculez jamais pour autant dans le plagiat ! Il s’agit d’une fraude punie par la loi.

6. La présence d’un mot-clé

Le référencement via mots-clés est une pratique moins prépondérante qu’il y a quelques années. Actuellement, on privilégie largement la qualité des contenus. Néanmoins, ajouter des mots-clés à vos contenus vous sera quand même utile !

La pratique : Pour vous « positionner » sur un mot-clé, choisissez-en un qui résume le sujet de votre article (par exemple ici “écrire pour le web”, ou encore « contraintes SEO »). Ensuite, répétez-le plusieurs fois au sein de votre contenu, y compris dans votre titre et vos sous-titres. Ça permet aux moteurs de recherche de comprendre qu’il est en rapport avec la thématique que vous traitez.

L’astuce : Evitez quand même de trop marteler le mot-clé dans votre article : un texte sur-optimisé n’est jamais agréable à lire pour les lecteurs. Il faut que ça ait l’air naturel ! Pour ça, une bonne pratique consiste à insérer à votre article des variantes de votre mot-clé principal.

Vous devez normalement y voir plus clair sur les contraintes à observer pour votre référencement web ! Maintenant, la personne chargée de la mise en ligne de l’article pourra se charger d’optimiser pour le référencement de certains éléments plus techniques, que je me ferais une joie de détailler une prochaine fois.

Gabriel Dabi-Schwebel

Posté par

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lanc

Gabriel Dabi-Schwebel

Contact Référencement :

Hanna Azaïz

ha@1min30.com
06 02 61 89 61





3 Commentaires

george dit: 10 Oct 2019

t


offshore-paradis-fiscaux dit: 29 Mai 2016

Intéressant ! merci pour le partage de ces informations


Gabriel Dabi-Schwebel 09 Juin 2016

De rien ;)
A bientôt



Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!