1min30 > Blog > Inbound Marketing > Transformation numérique : comment les entreprises peuvent-elles combler leur retard ?
2016
07/Juil

Transformation numérique : comment les entreprises peuvent-elles combler leur retard ?

Alors qu’à titre individuel, le Français est plutôt enclin à coller aux innovations proposées par le numérique, plusieurs études récentes soulignent le retard des entreprises françaises en matière de transformation digitale. Une situation préoccupante dont la solution passerait par l’acculturation des salariés au digital dans leur univers professionnel.

La transformation digitale : un enjeu désormais acté par les entreprises

La prise de conscience du caractère inéluctable et irréversible de la transformation digitale des entreprises semble désormais générale. Et il ne s’agit plus aujourd’hui seulement d’adopter de nouveaux outils et de nouvelles technologies : la transformation touche tous les niveaux des organisations, remet en cause les modèles économiques, les méthodes de travail. Mais si les dirigeants semblent convaincus des enjeux associés à cette transformation, les réponses apportées sont encore bien timides. Et plusieurs études récentes montrent que cette transformation n’est souvent qu’amorcée. Différents facteurs semblent expliquer ce retard :

  • L’incarnation de la transformation digitale au sein des instances dirigeantes constitue un premier frein à l’élaboration et la mise en œuvre d’une véritable stratégie de transformation digitale de l’entreprise : si sa nécessité est clairement établie, il est encore difficile de déterminer aujourd’hui par qui cette transformation doit être portée et quel périmètre elle concerne.
  • Par nature, la transformation digitale est transverse. En plaçant l’expérience client au centre de son fonctionnement, elle impose une approche omnicanal de ce dernier, où chaque canal participe de la connaissance client au même titre. L’entreprise se heurte dès lors à un enjeu de nature organisationnelle : son fonctionnement encore très vertical l’empêche, par exemple, de recueillir et de valoriser la data à hauteur de son potentiel. C’est pourtant l’exploitation de cette même data qui favorise l’optimisation du parcours client, et donc le développement d’un nouvel avantage concurrentiel.
  • L’entreprise souffre aussi d’un manque de compétences : la transformation numérique repose également sur une évolution des métiers. Selon certaines analyses, 50 % des métiers exercés aujourd’hui dans l’entreprise n’existeront plus sous cette forme dans 5 ans et, inversement, 50 % des métiers exercés dans 5 ans n’existent pas encore aujourd’hui. Par conséquent, l’adaptation aux besoins des entreprises des compétences disponibles sur le marché du travail ne peut être instantanée.
  • Enfin, la transformation digitale est également freinée par un phénomène classique de résistance au changement de la part des salariés. S’ils ont, à titre individuel, adopté des technologies et des outils nouveaux et modifié leurs pratiques en conséquence, une telle transformation dans le cadre de leur métier est a contrario encore souvent perçue comme une menace et un possible surcroît de travail.

Une transformation au moins autant humaine que technologique

L’enjeu de la transformation digitale de l’entreprise n’est pas uniquement technologique. La dimension humaine y occupe une place centrale. C’est aujourd’hui en grande partie sur la capacité de l’entreprise à mobiliser ses ressources humaines pour faire évoluer ses usages et ses attitudes vis-à-vis du numérique, que se trouve la clé de sa transformation. Et c’est par l’évolution de ces usages que se développeront les compétences nouvelles : plus qu’elles ne s’apprennent, les innovations digitales s’expérimentent pour être éventuellement adoptées. Cette transformation est un mouvement à initier, pas une fin en soi : son succès repose sur l’immersion et sur l’accès permanent à l’innovation.

Pour l’entreprise qui souhaite amorcer ou accélérer sa transformation digitale, il est primordial de créer les conditions favorisant ce processus d’apprentissage et d’adoption. Cela passe en premier lieu par le développement d’une culture digitale commune, socle de connaissances et de représentations partagées sur les évolutions culturelles associées à l’évolution digitale, qui intègre les leviers nouveaux accessibles au salarié grâce au digital : intelligence collective, management participatif, open innovation.

Dès lors, les pratiques et les compétences évolueront, les innovations seront expérimentées, évaluées à l’aune du bénéfice perçu, parfois adoptées. La transformation digitale sera enclenchée, voire accélérée. Et pour le salarié, cette transformation sera perçue comme une évolution positive de l’exercice de son métier, répondant à la fois à son intérêt et son besoin de reconnaissance.

 

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc 10 conseils pour faire votre transformation digitale et devenir de véritables médias et à contacter notre agence en conseil et stratégie digitale.

Bertrand Lavalou

Posté par

Appuyons nous sur une meilleure connaissance de vos clients, de leurs attitudes et comportements pou

Bertrand Lavalou

Contact Inbound Marketing :

Gabriel Dabi-Schwebel

gds@1min30.com
0673551736





1 Commentaire

Solution digitale dit:14 Juil 2016

Effectivement, la transformation digitale est le premier soucis des entreprises. La transformation humaine va aussi de paire avec le numérique car tout change dans la société.


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous