1min30 > Blog > Création de site > Objets connectés, quels en sont les enjeux ?
2017
22/Juin

Objets connectés, quels en sont les enjeux ?

Tout d’abord synonymes de gadget ou de jouet, les objets connectés ont su s’imposer dans notre quotidien au fil des années. Domotique, assistance, outils professionnels, aucun secteur ne leur échappe. Selon Cisco, le nombre d’objets connectés atteindra 50 milliards sur notre planète en 2020, et la firme américaine ne prévoit pas de stagnation. Le niveau de l’intelligence artificielle embarquée dans un objet connecté lui permettra-t-il de prendre lui-même ses décisions en temps réel, selon le contexte d’utilisation et les données disponibles, cela même sans connexion ? En clair, les objets connectés – ne l’étant pas toujours – peuvent-ils se comporter de manière autonome grâce à la technologie embarquée ? 

Objet connecté ou pas ?

Un objet connecté est tout simplement un objet ordinaire capable de communiquer de diverses façons avec le monde qui l’entoure. La quasi-totalité des objets peuvent devenir connectés ou communicants.

L’objet doit être capable de récupérer des informations, de les transmettre, voire de les interpréter directement. Pour rendre un objet connecté ou communicant, un des facteurs majeurs est le réseau de communication, la plupart du temps sans fil. Ces réseaux permettent l’échange de données entre les différents objets : on parle alors de communication « machine to machine » ou « M2M ».Cette faculté d’un objet à communiquer avec le monde qui l’entoure donne naissance à une nouvelle forme de réseau : l’internet des objets (Id0), web des objets, ou encore internet of things (IoT).

Couplés à une interface, la majorité des objets connectés sont associés aux applications mobiles ; la fonction de l’objet devient donc accessible très simplement. La génèse des objets connectés est la maison connectée : la domotique est apparue comme l’une des pistes majeures de recherche et d’amélioration. Somfy est l’une des entreprises qui représentent le mieux les applications de ces objets. L’application Somfy vous permet de contrôler l’ensemble de votre maison, depuis votre réveil avec la gestion des volets roulants, du chauffage et des lumières, jusqu’à votre départ avec le portail automatique, la mise en route de l’alarme et la surveillance vidéo. Différents scénarios sont paramétrables pour prévoir des situations précises comme votre arrivée (ouverture des accès, augmentation du chauffage) ou un départ en vacances (surveillance et économie d’énergie).

Au-delà de la domotique, de nombreux autres secteurs connaissent une révolution, je pense notamment au sport, à la santé ou encore la consommation. Le géant américain Amazon a lancé récemment ses Dash Button. Pour rappel, il s’agit d’un bouton connecté qui permet de commander un produit précis d’une simple pression. Vous trouvez cela révolutionnaire ? Attendez de connaître le service Amazon Dash Replenishment qui permettra à des appareils connectés de commander automatiquement des consommables : encore plus révolutionnaire, non?

L’interprétation des données, un enjeu sécuritaire

Qu’il s’agisse de caméra de surveillance, d’interphone ou encore de votre nouveau réveil hyper-moderne qui sait quand vous réveiller, les objets connectés sont partout. Connectés 24h/24 à Internet, ils sont là pour nous faciliter la vie et bien souvent on en oublie même leur présence. Pourtant, dans l’ombre, un danger guette. La plupart de ces objets ne sont pas encore conçus pour résister à des attaques. Selon une étude publiée début janvier 2016, par Arxan et IBM, 80 % des applications IOT ne sont pas testées pour résister à une attaque informatique. Deux objets qui communiquent échangent forcément des informations, lesquelles devront être analysées et traitées afin de ne présenter que les données pertinentes pour l’utilisateur final. Ces objets, contrairement aux objets ordinaires, sont bardés de capteurs qui collectent de manière régulière des données. Par exemple, si vous prenez le cas d’un bracelet fitbit, il peut inclure un capteur de la fréquence cardiaque qui collecte et enregistre les données du porteur.

Cependant, pour créer l’aspect « communicant », les capteurs seuls ne suffisent pas. En plus de ces capteurs qui collectent les données, vous aurez besoin d’infrastructures qui les enregistrent. Ces blocs pourront être composés d’un serveur hébergeant une application Web. Celle-ci est semblable à un logiciel de bureau, mais que l’on exécute via une page web. L’exploitation de ces données est cependant soumise à des règles très précises de sécurité et de protection de l’intimité des utilisateurs. Ces données ne peuvent faire l’objet d’utilisations commerciales  non encadrées. Nous ne pouvons imaginer retrouver dans des bases de données les horaires de présence et d’absence dans un appartement, ou encore les conversations des personnes présentes. Les entreprises qui se sont risquées à une politique d’exploitation des données pas très claire, ont rapidement été contrées par des associations de consommateurs. Comme récemment l’enseigne d’électronique américaine Bose qui a été accusée d’espionnage de ses clients et qui a dû s’expliquer et revoir rapidement ses applications. L’explosion du nombre d’objets connectés ne doit pas s’accompagner d’un affaiblissement de la sécurité et de la protection de l’utilisateur final. Une politique claire et adaptée au produit doit être instaurée dès la conception de ces objets.

Mais le problème vient de la structure même du marché des objets connectés. Si les grandes entreprises sont présentes, les start-ups contribuent aussi grandement à l’innovation dans ce domaine. En attendant une réglementation claire, il faut donc craindre des tentatives de piratage massif. Le potentiel est trop intéressant pour que les pirates l’ignorent.

Le machine learning et ses possibilités

Avec le machine learning ou apprentissage automatique, les serveurs d’analyse de données deviennent de plus en plus intelligents et peuvent prendre des décisions de manière autonome. Dans le monde industriel, les objets connectés sont, notamment, utilisés pour recueillir les données des machines (vibration, température) afin d’anticiper les pannes ou défaillances. Grâce aux objets connectés et au machine learning, on peut, par exemple, déceler en avance une panne sur une machine : c’est la maintenance prédictive. De nombreuses applications peuvent ainsi exister pour ces nouveaux objets connectés. Le machine learning laisse présager un renouvellement de nos habitudes de vie et de modes de travail. Ces innovations n’apparaissent alors plus comme de simples gadgets mais comme de vrais outils performants. Les objets connectés entendent bien révolutionner notre quotidien. Semblables à une intelligence artificielle (AI) ils apprendront de nos habitudes et nous proposeront un confort toujours plus personnalisé (voir la vidéo ci-dessous).

Le groupe français Legrand est convaincu que l’Internet des Objets (IoT) ouvre une ère nouvelle dans le secteur du bâtiment. Legrand annonce ainsi le lancement d’Eliot, programme visant à accélérer le déploiement dans son offre de l’Internet des Objets et ainsi faciliter l’émergence du bâtiment connecté, partout où l’IoT peut augmenter la valeur d’usage pour tous les utilisateurs. L’expertise de Legrand est de proposer dans tous les bâtiments des solutions d’infrastructures électriques et numériques visant à simplifier le quotidien de ses clients. Avec son programme Eliot, Legrand décide d’accélérer le développement de ses offres connectées, au bénéfice tant des utilisateurs particuliers que des utilisateurs professionnels (électriciens, occupants et exploitants des bâtiments, etc.), les applications professionnelles représentant 60 % du marché total de l’Internet des Objets.

La firme américaine Cisco annonce que l’adoption des objets connectés dans le monde sera cinq fois plus rapide que celle de l’électricité ou de la téléphonie. Ces chiffres nous laissent donc rêveurs quant à l’avenir de ces innovations.

Le marché autour des objets connectés sera colossal

La stratégie de communication accompagnant la création d’un objet connecté est très importante et très complexe. Ces chiffres promettent un grand nombre de projets innovants dans les années à venir. Grand public ou professionnels, les entreprises du secteur doivent séduire avec leur projet afin de se démarquer. L’expérience d’1min30 en Inbound Marketing nous permet de conseiller et d’accompagner lors de campagnes marketing. En effet l’environnement de développement des objets connectés nécessite une grande quantité de contenus (vidéos, articles, tutoriels graphiques …). De plus, le nombre d’utilisateurs permet bien souvent un meilleur fonctionnement des dispositifs connectés, comme par exemple la présence d’une grande communauté, ou encore une meilleure interprétation des données, l’objectif étant de rassembler autour de l’objet.

Si vous êtes un fabricant d’objects connectés, l’Inbound marketing permet de construire une relation avec vos cibles et d’attirer des prescripteurs et/ou le client final, à travers des programmes de contenus riches et variés autours de vos produits et services “Monsieur le responsable marketing IOT”  (livres blancs, vidéo, témoignages clients, etc), sur un site B2B ou grand public, sur les réseaux sociaux et dans les moteurs de recherche.
Autre approche si vous êtes un éditeur d’applications, dans les domaines du sport, de la santé, de l’habitat, de l’énergie, de l’optimisation, recrutez des nouveaux utilisateurs à travers des campagnes d’acquisition payantes à la performance sur mobile (réseaux sociaux, mots clés, affiliation) pour augmenter rapidement votre parc d’applications installées. L’acquisition mobile est un outil qui permet d’influencer le nombre de téléchargements des applications : essentiel dans une bonne stratégie de développement. Le référencement vous permettra de décupler la visibilité de votre application et/ou site internet et améliorera votre retour sur investissement (ou ROI).

Voici une vision de la vie améliorée et simplifiée que nous pourrions avoir en reliant nos biens connectés au Cloud. Le projet Eliot de l’entreprise française Legrand met cette vision dans la réalité à travers cette vidéo.

L’arrivée d’internet dans les objets qui nous entourent concerne également la publicité. Nul ne sait si ces nouveaux supports seront exploités, néanmoins nous pouvons imaginer des publicités sur votre télévision adaptées aux produits que vous n’avez plus (comme par exemple des spots publicitaires pour aliments via le réfrigérateur par exemple). En tout cas, des entreprises se positionnent activement sur le sujet de la télévision programmatique (achat d’espace automatisé et ciblé). En effet, entre cibler une personne pour son âge, son sexe, ses centres d’intérêt, ou parce qu’il manque des yaourts dans le frigo, il n’y a qu’un pas…

Désormais vous connaissez les secrets des objets connectés, et le rôle qu’ils vont jouer dans les années à venir. Chez 1min30, nous sommes experts en développement web et en inbound marketing, et nous serons à vos côtés pour établir une stratégie marketing qui vous correspond.

Si vous désirez plus de détails je vous invite à contacter notre agence web ou à télécharger notre livre blanc “Les 11 commandements d’un site qui convertit vos visiteurs en clients”.

Nicolas Jean

Posté par

Étudiant à l'ECE Paris, école d'ingénieurs généraliste dans les technologies du numérique, j'ai choi

Nicolas Jean

Contact Inbound Marketing :

Gabriel Dabi-Schwebel

gds@1min30.com
0673551736





Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!