2020
28/Oct
4 min

Glossaire

Le glossaire peut avoir plusieurs usages, dont permettre aux personnes spécialisées dans un sujet donné d’avoir des termes précis qui s’y rapportent et qu’ils peuvent utiliser. De l’autre côté, un glossaire permet également à une personne peu familière avec le sujet en question de le comprendre un peu mieux, si jamais le sens de certains mots n’est pas intuitif. Un glossaire peut ainsi être d’une grande utilisé pour un traducteur.

Définition glossaire

On parle de glossaire pour évoquer un index dans lesquels sont répertoriés des mots propres à un sujet en particulier. Quand on se spécialise dans un domaine spécifique, l’usage de termes peu courants qui désignent des éléments se rapportant à un tel domaine est généralement une nécessité. Les termes plus ou moins uniques à un tel domaine ont pour but de faciliter le fait de discuter et d’analyser certains éléments et concepts qu’on ne retrouve pas dans la vie de tous les jours.

Qu’est-ce que le glossaire en traduction?

Dans le domaine de la traduction, le glossaire est un index qui renferme les différents termes techniques en rapport avec un sujet à traiter par le traducteur. Un mot peut avoir plusieurs sens, entre autres dépendamment du contexte. En cela, c’est essentiel pour un traducteur de pouvoir disposer d’informations lui permettant de lever toute ambiguïté pouvant entourer l’usage d’un terme spécifique. C’est donc un outil d’une grande aide pour lui permettre de faire un travail de meilleure qualité.

Comment mettre en place un glossaire en traduction

Les différents outils de TAO qu’on trouve actuellement sur le marché font généralement disposer d’un bon système de glossaire au traducteur. Il suffit à ce dernier de créer un tel glossaire dans le logiciel, et d’y ajouter de nouvelles entrées à chaque fois que c’est nécessaire. Souvent, il est possible pour un traducteur professionnel d’importer un glossaire déjà existant sur sa plateforme de travail. Cela lui évite de recommencer à zéro pour constituer un glossaire de qualité.

La manière dont on va utiliser un glossaire va plus ou moins varier dépendamment du logiciel de TAO utilisé. En revanche, le principe reste le même, et pour un mot donné, il est fourni un ensemble de définitions et aussi de contextes dans lesquels il convient ou non d’utiliser un terme. Le tout est généralement pensé de manière à être intuitif, de façon à pouvoir être pris en main rapidement par le traducteur.

Comment utiliser le glossaire en traduction

Afin de tirer bon avantage d’un glossaire, un traducteur doit s’informer un minimum sur le sujet technique dans lequel le contenu à traduire est rédigé. Une fois qu’il en a saisi quelques notions, il peut travailler plus simplement en utilisant le glossaire. Si l’usage d’un mot donné s’impose, mais qu’il n’est pas vraiment sûr que ce soit celui qui convient, il peut se référer à son glossaire pour pouvoir discerner le meilleur choix.

Pour plus d’efficacité, il est conseillé de faire différents glossaires suivant les sujets à traiter. Ainsi, vous pouvez avoir tous les termes techniques relatifs à un domaine réunies dans un seul et même document. Ainsi, si par exemple le traducteur doit faire la traduction d’un texte qui parle de cuisine, il peut créer un glossaire dans lequel il n’y aura que des termes qui se rapportent à ce domaine précis.

Pourquoi utiliser un glossaire

L’usage d’un glossaire permet d’assurer que la qualité de la traduction soit impeccable. Si un traducteur utilise un terme technique sans s’assurer de bien avoir vérifié toutes possibilités d’ambiguïtés concernant le sens, cela risque de mener à un faux-sens ou autre. Il vaut ainsi mieux bien s’assurer de connaître les détails se rapportant à un terme technique avant de faire une erreur de traduction. Cela vient aussi limiter le travail de relecture qu’il y a à faire par la suite, et donc éviter les surcoûts pour le client final.

Glossaire ou base terminologique ?

Un glossaire et une base terminologique ne sont pas vraiment la même chose. Le second est essentiellement adressé aux traducteurs de contenu, et comprend différentes informations complémentaires. Par exemple, pour un terme précis, nous avons une description spécifique, ainsi que la traduction de ce terme dans plusieurs autres langues.

Tous deux sont d’une grande importance pour le traducteur, dans la mesure où des informations sur des termes précis sont données pour permettre d’en faire meilleur usage. La différence est que les glossaires sont plus à usage personnel de chaque traducteur, tandis que la base terminologique est plutôt de nature participative.

 

Pour aller plus loin, je vous invite à télécharger notre livre blanc : Acquisition Strategy Design et à contacter notre agence de marketing international.

Posté par





Commenter

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!