2020
11/Sep

Faux-sens

Les langues évoluent, et le plus souvent, elles changent bien plus rapidement que les dictionnaires. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est possible de trouver sur le marché des livres terminologiques avec une nouvelle version chaque année. Ils font la mise à jour des nouveaux lexiques qui peuvent apparaître, ou encore incluent de nouveaux sens de mots. 

Par ailleurs, c’est par ces digressions sémiques que le concept du faux-sens commence aussi à faire parler de lui. Il s’agit d’une notion très importante, en particulier quand il faut traduire un texte dans une autre langue.

Définition du faux-sens

Avec les références culturelles et les différentes figures de style journalistiques, de nouveaux mots apparaissent. Et au fil du temps, ces nouvelles néologies sont utilisées dans le parler de tous les jours. Cependant, quand un nouveau mot fait son apparition, ou quand un lexème s’élargit en sens, leur traduction peut devenir compliquée. Et en cas d’erreur de compréhension liée à la sémantique de ces mots, il est alors question de faux-sens.

C’est surtout dans le domaine de la traduction que le faux-sens est une notion importante. Il s’agit d’une erreur relative à la véritable signification d’un mot. Et dans la retranscription linguistique, sans une véritable étude de contexte, la définition d’un mot peut changer. Il peut aussi être considéré comme étant le fait de prendre un mot pour un autre.

Cette faute pourrait rester tout de même dans le champ lexical, et dans ce cas, l’erreur n’est pas vraiment conséquente. C’est le cas du mot « maison » en français, qui peut se traduire en anglais par « mansion ». Pourtant, le terme attendu pour la traduction est « house » plus approprié dans un contexte donné par exemple. Mais il peut également changer la catégorie du sens du mot comme dans « foyer ». Celui-ci peut-être traduit par « home », or, le véritable sens attendu et « hearth » dans une phrase donnée.

En bref, cette erreur liée à la sémantique peur résulter de la confusion entre deux mots. Il peut être lié à une appréciation erronée de la signification précise d’un mot.

L’utilité du faux-sens

La notion du faux-sens est très importante dans la traduction, car il s’agit de l’erreur de base de cette discipline. Par ailleurs, si les différents logiciels et programmes de traduction ne sont pas fiables, c’est justement à cause de ce problème.

Cette erreur constitue la limite de l’utilisation des programmes informatiques de traduction. En effet, une application de translation ne tient pas toujours compte du contexte d’une phrase et traduit mot à mot. Cela peut donc résulter à un non-sens très flagrant une fois la phrase finalisée. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il reste indispensable de solliciter un professionnel de la traduction pour éviter ce genre de mécompréhension.

Ce problème sémantique peut être présent, quelles que soient les langues qui sont concernées. Mais les cas de faux-sens les plus courants sont les traductions entre l’anglais et le français. Les deux langues présentent des mots qui sont très similaires, mais dont les sens sont bien opposés. Tel est par exemple le cas du mot anglais « support » dont la sémantique en français a plusieurs sens. Il peut signifier « encourager » aussi bien que « tolérer », et c’est le contexte qui déterminera sa vraie signification.

La différence entre faux-sens et contre-sens

Le faux-sens et le contre-sens peuvent porter à confusion tant leur concept est similaire. Toutefois, il existe une grande nuance entre ces deux vocables. Le premier, comme cela a été cité dans les précédents paragraphes, signifie une opinion incorrecte sur le sens d’un mot. La seconde est similaire, mais à une échelle plus grande, car il concerne une idée plus large et plus vague.

Autrement dit, le contre-sens ne concerne pas qu’un seul et unique mot dans un texte. Il s’agit d’une interprétation erronée du sens général de tout un paragraphe. Et en traduction, cela peut constituer une faute sérieuse, car le sens initial du texte traduit a été perdu.

Dans la même catégorie de faute de traduction, il existe aussi l’erreur du calque. Il s’agit d’une erreur très courante auprès des mauvais logiciels de traduction qui traduit mot à mot les textes originaux. Le solécisme est également une erreur courante en conversion de langue. Il s’agit d’une erreur de syntaxe à la construction de phrase qui peut également conduire à un faux-sens ou un contre-sens.

Le non-sens, une faute de logique

La traduction est un exercice très complexe et elle requiert le plus souvent un esprit humain pour la peaufiner. Autrement, la retranscription peut également aboutir à une autre faute similaire aux faux-sens : le non-sens. Comme son nom le laisse indiquer, il s’agit d’une perte totale de logique dans une phrase. C’est une erreur courante quand le traducteur n’a pas correctement relu son travail. En fonction de la gravité de cette faute de cohérence, la vraie signification d’une phrase peut être devinée ou non. Mais dans un contexte professionnel, cette faute est tout simplement inacceptable et le lecteur pourrait désapprouver la lecture.

Conclusion

Pour conclure, le faux-sens est une erreur courante dans la traduction qui peut aboutir à la perte de sens d’une phrase. Afin de l’éviter, il faut tenir compte du contexte du passage à traduire pour déterminer le sens du mot en question. Le faux-sens ne doit pas être confondu avec le contre-sens, ou le non-sens qui sont des fautes plus sérieuses. En outre, cette erreur constitue également la limite de logiciels qui servent à traduire. Et il est aussi la preuve que l’intervention d’un traducteur professionnel est nécessaire pour parfaire une retranscription.

Pour aller plus loin, je vous invite à télécharger notre livre blanc : Acquisition Strategy Design et à contacter notre agence de marketing international.

Posté par





Commenter

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!