2021
25/Mai

Définition zone de chalandise

Connaître votre zone de chalandise est un facteur important pour exercer son influence et donc générer le volume de vente souhaité. Il est important que les caractéristiques du lieu dans lequel vous allez opérer soient adaptées aux besoins de votre projet d’entreprise. Découvrez ce qu’est une zone de chalandise et comment bien l’exploiter pour développer votre commerce.  

Zone de chalandise : définition

La zone de chalandise est une zone de laquelle la grande majorité des clients d’une entreprise provient. La zone de chalandise est également appelée « zone d’attraction commerciale » ou « rayon d’influence ». En d’autres termes, il s’agit d’un espace géographique réel ou prévisionnel qui détermine la véritable provenance de la clientèle d’une marque.

Cette zone peut être délimitée en tenant compte de plusieurs facteurs tels que : la distance par rapport aux consommateurs, les temps d’accès, l’attractivité du point de commerce ou encore la concurrence.

Former les zones de chalandises demande de la méthodologie et de l’analyse. Pour cela, il faut déterminer ses caractéristiques ainsi que plusieurs autres facteurs. Tout ce qu’il faut savoir concernant les zones de chalandise ainsi que leurs particularités dans cet article.

Comment déterminer la zone de chalandise d’un point de vente ?

Pour déterminer la zone de chalandise d’un point de vente, il faut considérer de nombreux facteurs. Par exemple, étudier les habitudes ou les préférences de la population qui se trouve dans une zone donnée est un bon moyen de déterminer le rayon d’influence.

La connaissance de l’environnement concurrentiel ou de son activité est aussi une excellente méthode pour déterminer cette zone d’attraction. A titre d’exemple, un hypermarché n’aura pas la même zone de chalandise qu’une supérette. Le premier disposant d’un rayon beaucoup plus large que le second.

Chaque commerce dispose donc de ses propres spécificités permettant de déterminer leurs zones de chalandise. Mais d’autres critères tels que les méthodes de calcul et les méthodes pour représenter les rayons d’influences ont tous le même principe.

La notion de zone de chalandise isométrique et isochrone

D’une manière générale, nous pouvons distinguer deux représentations de zones de chalandise : les zones isométriques et les zones isochrones.

Les zones de chalandise isométriques se réfèrent à la distance métrique. Tandis que les zones de chalandise isochrones, elles se réfèrent au temps de trajet requis pour parvenir jusqu’au local de l’entreprise.

Pour illustrer, une zone isométrique est la représentation de l’espace géographique dans un rayon de 5km d’un commerce physique. Une zone isochrone, quant à elle, est la représentation de l’espace géographique qui peut être parcouru dans un délai de 15 minutes d’un point de vente.

Les différentes segmentations des zones de chalandise

Les zones de chalandises peuvent présenter des niveaux d’attractivités différents. Il existe trois niveaux de zones concentriques dans le Retail habituel. Il s’agit de la zone primaire, secondaire et tertiaire.

La zone primaire détermine la zone d’attractivité la plus active. Elle démontre l’endroit géographique qui permet à l’entreprise de toucher une grande partie de ses clients.

La zone secondaire détermine une zone d’activité moyennement active. La concurrence est présente et constitue une alternative pour la clientèle d’une entreprise. Par conséquent, il est nécessaire de mettre en œuvre une stratégie efficace pour obtenir des parts de marché conséquentes.

Enfin, la zone tertiaire démontre la zone d’attractivité la moins active d’un emplacement commercial. Toutefois, cette zone peut toujours attirer des clients, bien que très faibles.

La zone tertiaire peut être considérée comme la limite de la zone d’attractivité d’un point de commerce. Au-delà, le potentiel d’attractivité est de zéro. Ce qui signifie que le magasin n’a aucune chance d’attirer des clients au-delà de cette limite.

Les critères à prendre en compte pour définir une zone de chalandise

Pour définir les zones de chalandises, il faut tenir compte de nombreux critères. Ces critères permettent d’effectuer des analyses beaucoup plus précises et logiques. Cependant, la qualité et la fiabilité des résultats dépendent de la précision et de la récence des données utilisées.

Il y a quelques années, pour la définir les zones de chalandises d’un commerce, il était nécessaire d’effectuer des enquêtes directes auprès des clients. Ces derniers étant invités à inscrire leurs codes postaux ou leurs adresses au moment d’effectuer leurs achats.

Cette méthode présente toutefois des défauts et limites notables. Elle ne peut être appliquée que lorsque l’emplacement du commerce est déjà établi. II était donc difficile de connaître à l’avance le niveau d’attractivité d’un lieu avant l’implantation du commerce.

Mais aujourd’hui, avec l’utilisation des données GPS provenant des smartphones, il est plus simple d’obtenir des informations concernant les consommateurs d’une zone géographique spécifique. Aussi, les informations obtenues par ces moyens sont plus précises et plus pertinentes. Le système de géolocalisation des appareils mobiles détermine avec précision en amont la provenance des clients.

Ainsi, grâce à la technologie, il est aujourd’hui possible de simuler l’implantation d’un commerce. Avec les données sur les flux de mobilité, l’élaboration de la zone de chalandise va se baser sur les véritables parcours de la population de la localité.

L’avantage des informations de l’isométrie par rapport à l’isochrone

Si aujourd’hui il est plus simple de définir une zone de chalandise en amont à l’implantation d’un commerce, c’est grâce à la géolocalisation. En effet, l’analyse des zones isométriques offre davantage de précisions. Il s’agit d’une étude concrète qui propose un résultat d’étude plus fiable. De plus, les données obtenues de cette étude peuvent être transformées en des statistiques de flux de mobilité. Ce sont ces flux qui vont ensuite rendre l’étude de la zone de chalandise sûre.

Les zones de chalandises, isochrones quant à elles, se basent davantage sur des données de déplacement théorique. La représentation des données isochrones prend une forme concentrique, et ne tient pas compte des conditions géographiques de l’endroit où va se trouver un magasin. Il s’agit donc d’une étude qui est aujourd’hui dépassée en raison de son manque d’informations.

Comment faire usage des zones de chalandises ?

Les zones de chalandises s’utilisent avant ou après une implantation d’un point de vente.

Avant l’implantation d’un commerce

Cette étude permet de vérifier que les commerces qui vont être établis sont fréquentés par les cibles d’une marque. En connaissant à l’avance le potentiel d’un emplacement commercial, un entrepreneur est en mesure de faire le meilleur choix quant à son futur point de vente. Cette étude permet également de choisir une place par rapport au profil de la population qui fréquente la zone.

Après l’implantation d’un commerce

Les zones de chalandise constituent également un moyen pour mesurer la performance d’un commerce existant. En effet, analyser la zone de chalandise constitue pour une entreprise une occasion de performer son réseau de clients.

En outre, c’est un moyen précis d’optimisation du retour sur investissement des campagnes de communication. A partir des informations obtenues par cette étude, une entreprise peut mieux répartir ses actions publicitaires. Par exemple, trouver le bon endroit pour les affiches publicitaires, les signalétiques, le géo-merchandising, etc.

Les zones de chalandises en quelques mots

Les zones de chalandises font partie des méthodes d’analyses qui permettent de mieux choisir un emplacement de vente, mais aussi pour optimiser les budgets en communication qui utilisent des supports physiques. Cette étude est alors le meilleur moyen d’optimisation du commerce physique incontournable pour améliorer sa fréquentation.

 

Si cet article vous a plu, nous vous invitons à découvrir notre agence Conseil en Strategie Digitale et à télécharger les premières pages de la méthode “Acquisition Strategy Design : le guide ultime pour construire pas à pas son plan d’Acquisition”

Ranja Randriambelo

Posté par

Ayant 8 années d'expériences dans le marketing, j'ai débuté en tant que téléconseillère pour chargée

Ranja Randriambelo

Contact Marketing Produit :

Christophe Kuhner

ckuhner@1min30.com
06 34 36 46 21





Commenter

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Agence 1min30