2020
09/Juil
3 min

Coquille

En typographie, une coquille est une erreur de composition qui consiste à insérer un caractère à la place d’un autre. Au sens strict du terme, elle provient de la composition au plomb, où il est question d’une erreur pendant les opérations de distributions au moment de remettre les caractères à l’intérieur de leurs cassetins à la fin d’une impression.

La définition de coquille dans le contexte de l’édition

Une coquille est une erreur de composition dans le domaine de la typographie. Cette erreur peut être une omission par addition, par intervention ou encore par une substitution d’un caractère, précédemment utilisé dans ouvrage imprimé. Par la suite, la coquille va s’étendre sur le support informatique et dactylographique et il s’agira dans ce cas d’une faute ou une erreur de saisie ou de frappe. De nombreux auteurs pensent que la coquille est une erreur stricte de distribution. De nos jours, il est évident que la coquille est très rarement visible du fait de la disparition pratiquement généralisée de la composition en plomb.

Les origines de la coquille

Le terme de coquille serait à l’origine d’un oubli qui about plutôt à une situation cocasse. L’origine proviendrait d’un article paru dans le Journal Officiel qui résumait les nouvelles règles qu’avait adoptées l’Assemblée Nationale sur le calibrage des œufs. Malencontreusement, la lettre « q » avait été oubliée dans le mot « coquille ». Le sens du mot avait donc totalement changé et apportait une allure drôle à la phrase puisque la correction n’avait pas été faite.

Dans le passé, le fait d’imprimer un article simple était un travail fastidieux et long par rapport à aujourd’hui. Les typographes s’attelaient à aligner de tout petits blocs en plomb ; chaque plomb représentant un caractère. Ceux-ci étaient donc classés à l’intérieur d’une boîte en bois ; des casses. Même avec toute la minutie des imprimeurs, on peut très bien imaginer le nombre d’erreurs qui étaient commises.

Comment éviter les coquilles

Si de nos jours les petits blocs en plomb ne sont plus utilisés pour rédiger des articles, les coquilles n’ont pas pour autant disparu. Au grand désarroi, elles parsèment les écrits. Par exemple ceux des journalistes qui sont contraints à avoir une plume irréprochable.

Toutefois, à lire et à relire à force, ne permet plus de bien cerner. Il est d’ailleurs connu que les fautes des autres sont très faciles à repérer. C’est la raison pour laquelle, pour une chasse aux fautes efficace, il est conseillé de changer son environnement :

Il faut s’aérer l’esprit pour prendre du recul sur le texte, il est important de laisser du temps entre la rédaction d’un article et sa relecture. Une fois la rédaction achevée, il faut mettre le document de côté et passer à autre chose.

Laisser croire à son cerveau qu’on lit un autre texte. Pour cette raison, il existe bon nombre de techniques : modifier la taille de la police, imprimer l’article, changer la couleur du fond d’écran.

Il faut se concentrer sur chaque phrase et nom sur le texte de façon globale. Commencer à lire par la dernière phrase tout en remontant jusqu’au début.

Conclusion

Que ce soit à l’époque de la typographie ou à celle d’aujourd’hui avec l’avènement de l’informatique, les coquilles ont toujours été présentes dans la syntaxe ce qui aboutit à des fautes de conjugaison, de grammaire, d’orthographe et même de ponctuation. Mais en gardant patience et en faisant attention, il est possible de se passer des coquilles autant que possible.

Si cet article vous a plu, nous vous invitons à télécharger notre livre blanc sur l’Inbound Marketing et à découvrir notre maison d’édition.

Posté par





Commenter

Apprenez de notre stratégie en vous inscrivant à notre newsletter

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!