1min30 > Blog > Gestion de la relation client (CRM) > Engager et vendre, c’est contraindre un peu
2012
21/Mai

Engager et vendre, c’est contraindre un peu

Au tout début de ma carrière quand je faisais du conseil chez Alcatel, Nicolas Bonnet mon premier chef et mentor m’avait appris la citation de Benjamin Franklin « Dis-moi et j’oublierai, montre-moi et je me souviendrai, engage moi et j’apprendrai». Cette citation était déjà très pertinente pour faire du conseil et partager une analyse avec un client, très efficace aussi pour vendre une mission en face à face, et elle se révèle encore plus vraie sur Internet où l’attention des visiteurs est très faible et la propension à zapper très forte.

Comment alors créer de l’engagement sur Internet ? Comment faire pour qu’un visiteur prenne le temps de s’identifier et d’interagir avec votre offre ? C’est un savant mélange de suggestion et de contrainte… Suggestion car une offre alternative est toujours à un clic de distance et qu’il est tellement aisée d’aller voir ailleurs, contrainte car nous avons tous une tendance à la facilité et même compléter un formulaire est fastidieux.

Suggestions, les boutons de partage viral sur les réseaux sociaux, like facebook, +1 google, tweet sur Twitter. Suggestions, aussi l’inscription à la newsletter pour suivre l’actualité, les formulaires de contact, de demande de devis. Suggestions encore les périodes d’essai gratuite, le modèle freemium, etc.

Contrainte, la page d’atterrissage où un contenu premium est disponible uniquement pour ceux et celles qui ont complété un formulaire d’inscription. Contraintes aussi les pop-up en cours de consultation ou suite à un partage virale invitant à s’inscrire à la newsletter pour continuer la lecture ou à devenir fan sur Facebook. Contraintes encore les coordonnées de paiement demandées en début de période d’essai, les fonctionnalités bridées des modèles freemium, etc.

Ainsi pour conclure, je crois qu’il n’est pas possible de vendre sans engager son client, et qu’il n’est pas possible d’engager son client sans le contraindre un peu…

Et vous qu’en pensez-vous ? Engagez-vous ! Et n’hésitez pas à interagir avec to les call-to-action de la page

  • Cliquez sur les boutons de partage Google, Facebook, Twitter, sous l’article,
  • Commentez cet article sous les boutons de partage,
  • Inscrivez-vous à notre newsletter en bas à droite,
  • Suivez nos pages sociales en haut à droite,

et complétez le formulaire en bas à gauche pour obtenir notre premier Guide pratique le marketing digital pour les avocats en 9 leçons😉

Gabriel Dabi-Schwebel

Posté par

Ingénieur de formation, j'ai accompagné notamment pour Alcatel, TF1, SFR et Lagardère Active le lanc

Gabriel Dabi-Schwebel

Contact Gestion de la relation client (CRM) :

Jérémie Dornbusch

jd@1min30.com
0785928777





1 Commentaire

de Beauvoir dit:10 Juil 2013

et hop un petit commentaire parce que c’est suggéré. Je suis moins convaincu de la dimension «contrainte», justement parce que c’est si facile d’aller ailleurs, et puis aussi parce qu’en tant qu’utilisateur ça me fait fuir... Sauf si le contenu est exclusif et à très forte valeur ajoutée comme ici bien sûr. Au sujet des CTA il y cette infographie http://pinterest.com/pin/186195765817006138/ que je trouve assez parlante même si, vu l'échelle, elle ne met pas en évidence la limite du bénéfice du CTA dans l’absolu (le fait d’inviter les lecteurs à commenter augmente de 3% au mieux le nombre de commentaires)


Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!