2019
22/Mar

Le e-commerce asphyxiera-t-il le retail physique ? Pas si sûr.

Le digital ! Le digital ! On ne parle plus que de ça ! Comme si le monde ne tournait que sur une nouvelle planète qui dicte l’information, la politique, milite, et surtout nous vend de tout mais rien de ce dont nous avons réellement besoin. D’où la question :  internet va-t-il se substituer au rayon du retail ?

Si les GAFAM ont, selon certains, révolutionné notre façon de consommer, de nous informer, de nous dicter ce que nous aimons, le consommateur ne semble plus dupe des mécanisme de vente online, même si, dans son temps disponible, il consacre 3 à 4 heures à internet.  Le retail est-il asphyxié ? Ou internet et les réseaux sociaux sont-ils saturés de fake news, de groupuscules plus ou moins sans intérêt, et d’égéries (influenceurs/euses) qui font le job pour les marques. Chiffres à l’appui, le retail semble vouloir nous dire que nous attachons beaucoup trop d’importance à ces GAFAM qui peut-être ne le méritent pas vraiment !

Du e-commerce au retail, il n’y a qu’un pas !

Le e-commerce, il faut bien se l’avouer, n’est ni plus ni moins qu’un gain de temps. Aucun site internet ne procure une émotion semblable à celle qu’on éprouve en franchissant la porte d’un magasin. Ouvert 24H sur 24H, vous pouvez passer votre temps disponible à mettre et retirer de votre panier toute l’offre disponible sur le site, et c’est bien cela que l’on vous vend.

Le français spartoo.com, spécialiste de la vente de chaussures en ligne, vient tout juste de racheter la marque André et depuis 2015 a inauguré un magasin physique. Et il n’est pas le seul ! Amazon, l’un de nos GAFAM, a fait l’acquisition des magasins Whole Foods aux États-Unis, et de plus ouvre des points de vente sous sa marque. En chine, ALIBABA à investi plus de 11 milliards de dollars dans le retail physique.

Et nous Français sommes-nous des serial retail shoppers ?

Eh bien, un groupe publicitaire s’est posé la question ! Et c’est aussi un groupe français, Havas. Et comme nous connaissons le goût français pour ne pas adopter n’importe quoi sans l’avoir défié, critiqué, et jugé de sa nécessité, je pense que nous pouvons, sans chauvinisme, croire à cette étude. Bref, l’étude Shopper Observer montre bien que les grandes enseignes, Amazon, Vente Privées, Cdiscount, Le bon coin, donnent envie au consommateur d’avoir des magasins physiques avec des standards plus fluides que ceux qu’offre la digitalisation.

En résumé le retail On et Offline va devenir de plus en plus connecté. Aux USA, 9 des 10 premiers magasins de vente font partie des 10 meilleurs sites e-commerce.

82 milliards d’euros ont été dépensés sur internet par plus de 37 millions de Français

(Source : FEVAD / Médiamétrie NetRatings) la croissance du retail online est stable et se situe autour de 14,3 % par an. Mais celle du M-mobile s’est envolée de 38 %. Pourtant ce n’est pas encore le premier écran d’achat sur internet.

Le retail physique respire-t-il un peu ?

Le retail online est en pleine croissance mais je pense que les chiffres sont donnés à l’échelle planétaire de notre galaxie du commerce.

Consommateurs frénétiques, les Chinois et les Américains : chez eux la part du commerce en ligne représente 8 % !

Hein ! Qu’est-ce que vous dites ? 8% ?

Le chiffre est officiel ! Seulement 8 % ! Comme je vous le disais, l’effet de mode a occulté le véritable mode de consommation traditionnel pour vous, nous, faire croire que tout s’était déplacé sur internet.

Donc il faut en conclure que 92 % continuent à faire leurs achats dans des magasins physiques. Autant dire que le retail se porte bien !

415,5 milliards d’euros représente la marché du retail physique et son chiffre d’affaires à augmenté de 13 % entre 2009 et 2014.

La guerre des deux mondes entre le online et les magasins physique est bel et bien finie.

Place à l’innovation. Le constat est sans appel : les consommateurs privilégient toujours le magasins physique et l’internet pour comparer, juger des prix et débusquer de bonnes opportunités d’achat. Néanmoins le retail doit plus que jamais penser à faire entrer ses clients dans ses magasins, par l’approche web to store. L’avenir du retail sera donc de toujours mieux fidéliser son bien le plus précieux : le client.

Cet article vous a intéressé ? N’hésitez pas à télécharger notre livre blanc Inbound Marketing, ou a contacter notre agence Inbound Marketing

Laurent Coperet

Posté par

J’ai commencé ma carrière de directeur artistique dans de grandes agences de publicité, telles que M

Laurent Coperet

Contact e-commerce :

Jérémie Dornbusch

jd@1min30.com
0785928777





Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre excellente newsletter

Hey ne partez pas si vite !

Contactez-nous
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!