src=
2016
21/avri

Quatre étapes pour arriver à l’ “happy at work”

Vous avez tous sûrement déjà entendu parler des conditions de travail idéales de certaines sociétés "new tech" comme Google, Facebook ou Twitter. Cela peut sembler inutile. Après tout, il s'agit d'un lieu de "production", de "labeur", où nous sommes payés pour faire quelque chose, et même parfois (souvent ?) à contre-cœur. Alors pourquoi ces sociétés investissent autant dans le bonheur et le bien-être de leurs employés ? Un employé heureux est un employé investi, plus responsable et plus à même de fournir des efforts. Mais ce n'est pas le seul attrait. A mes yeux, la priorité pour une société est de faire prendre conscience à ses employés qu'ils sont partie intégrante de l'avenir et donc des possibles succès (et échecs). Les encourager à se battre en leur proposant des conditions de travail idéales, ne peut qu’amener du positif. Enfin, une société où il fait bon vivre favorisera le recrutement (presque autant que le salaire proposé).  

Nous allons, en quatre étapes, tenter d'atteindre cet objectif

1) L’environnement

Vous vous en doutez, un environnement agréable nous donne forcément du cœur à l'ouvrage. La luminosité et la hauteur sous plafond sont pour moi deux facteurs importants, mais ce qui reste le plus agréable (comme c'est le cas chez 1min30) c'est la cuisine ouverte ! Véritable lieu de rencontres et d'échange, certaines informations ne s'échangent qu'ici. Un lieu ouvert permet un échange informel et désacralisé, apaise les tensions et instaure un réel esprit d'équipe. marketing space rez de chaussé 7

2) La parole

Cela peut paraître anodin, mais le vouvoiement est le vestige d'un modèle d'entreprise dépassé. S'il est de mise dans les grandes sociétés, le vouvoiement dans de plus petites structures instaure un cadre rigide et trace une démarcation entre les employés et les dirigeants. Dès lors, l'employé ne se sent plus faire partie d'un tout, ce qui ne peut engendrer que tensions et problèmes. Attention toutefois, le tutoiement peut entraîner un manque de respect de certaines personnes. Il faut donc rester vigilant et poser certaines limites. Autre point important : des réunions d'équipes, ou du moins des moments collectifs de réflexion sur l'avenir de l'entreprise, sur les projets en cours, sont bénéfiques. Le but est, là encore, d'impliquer l'employé, de le faire s'investir.  

3) La liberté

Plus vous contrôlerez vos employés, plus ils se sentiront oppressés : l'inverse du but recherché. Beaucoup de logiciels ou de systèmes permettent de surveiller l'activité de chacun, mais il faut savoir qu'un employé ne consacre jamais toute sa journée à son travail ; il se divertit en moyenne 1 h à 2 h par jour. Ce n'est pas forcément un mal. Dans certains métiers, il est difficile de se consacrer toute une journée à une tâche fatigante pour l'esprit ou les yeux. Prenons l'exemple des graphistes ou des développeurs : certaines tâches nécessitent de prendre du recul pour avoir une autre approche, un autre point de vue. Cela ne peut se faire qu'en sortant quelques minutes de l'étau visuel de son écran, pour aller discuter, prendre un café ou bien vagabonder sur internet. Un employé investi, fera tout pour mener à bien ses missions. Surtout s'il aménage son temps comme il le souhaite, avec une plus grande pause à midi s'il en ressent le besoin, ou bien en commençant plus tôt, pour terminer plus tôt. L'important est d'avoir un oeil sur chacun, en n'intervenant qu'en cas de problème sur le travail effectué.   marketing space rez de chaussé  

4) L'équipement

Un des premiers postes de dépense est, et doit être, l'équipement de vos employés. Il ne faut pas hésiter à investir dans leurs postes de travail, une table large, un ordinateur à la hauteur du métier de chacun, une machine à café gratuite, voire un espace de détente et divertissement. Autant de détails qui vont aiguiser l'envie de venir travailler pour faire de son mieux. Etage 2   L'idée générale est d'offrir le meilleur environnement possible au salarié, pour qu'il donne le maximum. Le monde a changé, et les tâches de production cèdent le pas à la réflexion. Il est nécessaire de redonner à chacun une place au sein de l'entreprise, et d’amener chacun à réfléchir comme un décideur/actionnaire pour le bien commun. Je travaille pour 1min30, et je suis fier d'être "happy at work". Venez découvrir notre Marketing Space ! Vous pouvez télécharger la présentation du Marketing Space ici, mais également découvrir notre livre blanc sur l'inbound marketing.

Posté par Mathieu Benhalima

Titulaire d’un Master de chef de projet multimédia, adepte de l’expérimentation, j’ai occupé diverses fonctions chez Schneider Electric et Indexel pendant mes années d’études en alternance : technicien du web, administrateur réseau, intégrateur. J’ai aujourd’hui trouvé ma voie : lire la suite...

Prezi, l’outil professionnel qui réalise la présentation de vos rêves

Qu’est ce que le WED ?

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!